ActualitéPolitique

Sud-Kivu: Les trois mousquetaires qui peuvent faire mal loin de Nyamugabo

Le gouverneur du Sud-Kivu a, après la formation de son gouvernement qui du reste a créé la polémique à Bukavu et dans plusieurs salons politiques est certainement devant un nouveau casse-tête. Il s’agit de la nomination des membres de son cabinet de Nyamoma qui est censé être une cellule de conception et de réflexion sur les politiques du nouvel homme fort de la province.

Mais dans le personnel politique et autre de la province, qu’il n’est pas obligé de reconduire, des analystes pensent qu’il devra éviter de se défaire de quelques personnes et personnalités et pas les moindres dans le sciage de son prédécesseur Marcellin Cishambo.

« Ces personnes si elles avaient été à côté de Marcellin Cishambo, ce n’était pas parce que l’homme à la barbe blanche les aimaient beaucoup mais peut-être qu’ils elles étaient nuisibles loin de lui », commente un observateur de la politique de la province.

Eric Kabala : avec lui, une partie de l’opinion de Bukavu désormais. En tant que président des fanatiques de l’OC Muungano, ce jeune « fou du roi » quand il le veut,(on l’a vu défendre Cishambo jusqu’au bout) peut sûrement déstabiliser à sa manière l’ambassadeur Claude Nyamugabo.  Même loin de la structure des fanatiques, cet ancien coordonnateur adjoint de la jeunesse de la majorité (comme il aimait s’appelait) peut rebondir dans d’autres mouvements de protestation. On l’a vu avec d’autres jeunes soutenir des autorités menacées de déchéance dans la province et la ville.

Christian Wanduma : Encore plus mordant que le premier, le président de l’organisation Bukavu Forces vives pour la paix est le maître ou presque des milieux populaires des quartiers Panzi et Cahi. Celui-ci a toujours été l’homme à consulter pour parler de la question sécuritaire à Panzi et dans plusieurs quartiers de la ville de Bukavu.

Wanduma, rendu encore célèbre par Marcellin Cishambo reste à ce jour incontournable pour parler de la maitrise de la situation de ces milieux chauds qui sont d’ailleurs la porte d’entrée et de sortie du nouveau gouverneur qui aura certainement besoin de se rendre chez-lui à Nyantende pour ses pauses et vacances s’il en aura dans une province pleine des problèmes.

Toujours très controversé par rapport à son travail de tous les jours à L’essence Major Vangu avec les biens volés récupérés facilement par ses services mais qu’on l’aime ou non, on devra faire avec lui pour l’instant et le gouverneur a certainement eu des échos dans ce sens.

On a vu des jeunes obéir à ses ordres presque voilés pour soutenir tel ou tel autre acteur politique et on est tenté de croire que pour l’instant, Nyamugabo aura certainement besoin de ses services.

Elie Habibu : Politologue et enseignant d’université, l’homme est toujours à côté de deux premiers ou ils sont à ses côtés. Pour certains, il est la pièce-maitresse du système de trois ou de quatre. Le concepteur des déclarations et autres tracts de soutien ou de désaveu de certaines autorités de la province, Elie Habibu est un fin connaisseur de la gestion de l’opinion publique dans la ville. Quand il veut communiquer il le fait avec zèle quite à embarrasser même ses propres alliés. Soutien inconditionnel de l’ancien gouverneur du Sud-Kivu, Elie Habibu n’avait jamais hésité à tirer sur son allié quand il sentait ses intérêts menacés. On l’a vu dénoncer des mois impayés de son salaire par le gouverneur sortant et lancer un SOS aux organisations humanitaires pour qu’elles viennent en aide au personnel du gouvernement et dénoncer en même temps ceux qui ont voulu  faire partir Cishambo les accusant de jouer le jeu de certaines personnes à Kinshasa. Malgré tous ces camouflés contre l’autorité provinciale, Habibu était toujours aux côtés de Cishambo. Au cabinet de Nyamoma, un de ses collègues parle « d’un homme qui réfléchit malgré les défauts ».

Claude Nyamugabo se passera-t-il de ces trois mousquetaires et propulser des nouvelles figures ? Rien n’est moins sûr mais loin de l’ambassadeur, ou loin du cabinet ces trois peuvent être incontrôlables et faire mal ou même très mal.

Honneur-David Safari

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Un commentaire

  1. Vous pouvez avoir raison sur les deux dernières personnes mais pas la première. Il est connu de la ville pour avoir trahi les wazalendo. c’est un garçon de course il n’a pas la capacité de déstabiliser le gouvernement nyamugabo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer