Contacts MLC-autres partis : le sénateur Jacques Djoli explique la démarche ( Interview)

Le professeur Jacques Djoli, haut cadre du Mouvement de libération du Congo MLC a, dans une interview exclusive accordée à la rédaction de laprunellerdc.info(Lprdc) révélé que les discussions en cours entre son parti et les autres formations politiques telles l’UNC et le PALU visent à créer un grand ensemble pour parvenir à l’alternance d’ici les prochaines élections.

Pour le sénateur Jacques Djoli, ces contacts devront aboutir à avoir un programme commun avant de choisir la personne capable de conduire la nation vers l’alternance. « Il faut d’abord fixer le pilier sur quoi nous allons nous unir et ensuite autour de quel programme et quelle est la personne qui peut démocratiquement assumer cette volonté de renaissance de la nation » dit-il mais en avertissant qu’il ne faudra pas choisir n’importe quel candidat (Interview)

Lprdc Quel regard avez-vous en tant que cadre du MLC par rapport à toutes ces discussions actuelles avec d’autres partis politiques en RDC ?

Djoli : Ce sont des actions qui s’inscrivent dans un schéma analytique clair. Nous ne pouvons réussir l’alternance, nous ne pouvons aller au changement que si nous sortons de ces partis fragmentés, grégaires sans idéologie. Il faut construire une idéologie. Il faut construire un pilier ; aujourd’hui les partis politiques ont perdu le leadership parce que les partis politiques ne représentent plus l’espoir de cette nation. Donc, au-delà du travail qui se fait par le CLC et par d’autres, il faut arriver à construire un bloc politique, un schéma opérationnel qui va nous amener vers la victoire. Voilà pourquoi à partir d’une discussion et d’une orientation faite par le président Bemba, de l’impératif de l’unité comme schéma de réussite stratégique et programmatique de la victoire, il faut que tous les partis politique qui veulent le changement ;  (l’UNC, le PALU, nous avons rencontré le professeur Matungulu et d’autres) que nous abandonnions cette culture des petits coups isolés pour construire une alternance qui doit appuyer  les chrétiens pour que nous obtenions d’abord les élections. Ce n’est pas un acquis (je crois que le professeur Nyaluma a expliqué hier comment on continu à mettre des bâtons pour nous proposer des dialogues) ; il faut que nous ayons des élections cette année et que ces élections soient crédibles libres et transparentes et qu’elles nous permettent d’arriver à l’alternance. Donc au delà du type UNC, MLC, voilà la vision qui soutient cette démarche qui est une démarche d’agrégation des forces pour arriver à l’alternance.

Lprdc : Pouvons-nous être sûr que cette fois, les partis d’opposition soutiendront n’importe qui candidat unique de l’opposition ?

Djoli : Il ne faut pas soutenir n’importe quel candidat. C’est une élection au scrutin majoritaire à un tour, il faut avoir un candidat qui obéit au profil, aux attentes de la population. Le peuple congolais n’attend pas n’importe qui, on nous connait tous, nous nous connaissons tous et il y a des personnes qui présentent des aptitudes qui sont des points d’espérance et il faut amener en tant que théoricien  mais aussi en tant que praticiens, acteurs politiques la nation à fédérer autour de cette personne mais c’est une démarche doit être programmatique. Donc il faut d’abord fixer le pilier sur quoi nous allons nous unir et ensuite autour de quel programme et quelle est la personne qui peut démocratiquement assumer cette volonté de renaissance de la nation.

Lprdc : Et vous être sûr de pouvoir y arriver avant les élections…

Djoli : Il faut y arriver, c’est un défi. Est-ce que nous devons continuer à aller dans ce schéma ? C’est une urgence, c’est un défi. Il faut se lancer pour que nous ayons une personne d’un parti politique ou d’une société civile et que nous allons dire, toi ! On a parlé de Moïse, de Josué, ce n’étaient pas des gens qui se sont portés eux candidats, il y avait d’autres mais la nation a dit telle personne peut nous amener vers la victoire, vers le changement, vers la transformation sociale. C’est ça le débat de fond. La question est l’émergence d’un leadership responsable  et transformatif  et nous devons contribuer à tous les niveaux ; vous journalistes, nous professeurs, nous acteurs politiques.

Lprdc : Donc pour l’instant, aucune alliance ne s’est conclue

Djoli : Non, on est au niveau d’abord de partage des principes et nous sommes heureux. Nous avons discuté avec nos amis de l’UNC et nous sommes d’accord sur la vision ; nous avons discuté avec  le PALU pour faire comprendre à ce parti qui est un si grand parti la nécessité de l’unité, nous allons continuer avec les autres. Aujourd’hui en Afrique du Sud les gens se réunissent autour du président Katumbi, c’est une bonne chose, l’UDPS constitue un foyer de régénération de la politique congolais, c’est une bonne chose et donc nous devons amener toutes les forces du changement à s’unir et à travailler dans un bloc idéologique et politique cohérent pour le changement de notre pays.

Propos recueillis par Honneur-David Safari

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

One thought on “Contacts MLC-autres partis : le sénateur Jacques Djoli explique la démarche ( Interview)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.