ActualitéPolitiqueSécuritéSociétéUncategorized

 » Les mouvements et groupes armés constituent une menace contre les élections libres, crédibles et apaisées en RDC  » ( Bienvenu Karhakubwa )

« Les mouvements et groupes armés constituent une menace contre les élections libres, crédibles et apaisées en République démocratique du Congo ».
Cette affirmation, faite par le chercheur Karhakubwa, relève d’une étude menée, depuis décembre 2017 à mars 2018, par des acteurs de la société civile des mouvements citoyens, et des assistants de liaison communautaire de la MONUSCO, sous la direction du Centre Africain de Paix et Gouvernance ( CAPG ).

Une étude rendue publique ce vendredi 9 mars 2018 à l’hôtel Élisabeth de Bukavu.

Cette étude note que  » 60% des populations avertissent que les groupes et mouvements armés constituent une menace contre les élections libres, crédibles et apaisées ».

Et comme raisons avancées, l’étude note: »Le fait qu’ils sont créés et/ou entretenus pour la plupart par des hommes politiques qu’ils peuvent s’en servir pour influencer le vote, contester les résultats, troubler ou retarder les élections en RDC, la faible présence de l’Etat  alors qu’il existe des zones où il n’y a que les groupes armés qui y font la loi, avec même des tribunaux pour juger les citoyens, le fait que certains mouvements et groupes armés constituent des intérêts géostratégiques des États de la région ou de leurs propres groupes qui ne veulent pas voir le pays s’organiser, que les groupes armés peuvent être mis à profit pour influencer des électeurs en faveur d’un candidat, le fait que certains politiciens accèdent aux charges publiques en considérant uniquement leur poids et influence sur des groupes armés » ou encore que leur nombre impressionnant est très interpelateur : « il varie entre 120 et 180 en RDC » note Bienvenu Karhakubwa

Il interpellé les acteurs politiques Congolais à cesser d’etretenir des milices et groupes armés et privilégier la paix pour la tenue rapide d’élections.

 » Les hommes politiques devront cesser d’entretenir des mouvements armés et chercher à s’en servir pour vouloir bloquer la tenue des élections et troubler le processus. La justice est invitée à jouer son rôle quant à ce.  » a noté le chercheur qui a dirigé cette etude.

Le constat selon lui est qu’actuellement presque chaque parti politique en RDC cherche à se créer sa propre « milice » des jeunes et ses propres combattants pour manipulation que ce soit pour des partis politiques de la majorité ou de l’opposition  une véritable menace contre la paix, la cohésion sociale et un processus électoral libre, credible et apaisé au pays selon cet acteur de la société.

Cette étude démontre également qu’une large partie de la population du Sud-Kivu est favorable aux élections à la fin de l’année en cours.

Adonis Lubambo

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer