ActualitéJusticePolitiqueSociétéUncategorized

Sud-Kivu: libéré après plus de cinq ans de prison, MBONEKUBE se présente comme le prisonnier personnel de Cishambo

Le professeur Michael Mbonekube wa Kahule, libéré depuis plus de deux mois s’est présenté dans une conférence de presse à Bukavu comme un prisonnier politique personnel de l’ancien gouverneur du Sud-Kivu, Marcellin Cishambo.

Pendant près d’une heure, le président du parti d’opposition Mouvement d’union pour le développement national, MUDN est revenu sur les conditions de son « enlèvement » à partir du Burundi où il était d’ailleurs selon lui, considéré comme exilé politique.

Dans son exposé, sur les conditions de son arrestation, MBONEKUBE révèle qu’il a été arrêté alors que ses partisans dans le Sud du territoire de Walungu s’étaient décidés de dire des « vérités » au président Kabila qui quittait Luhwindja en territoire de Mwenga. C’est alors que son calvaire a commencé raconte cet ex détenu dans la catégorie des prisonniers politiques.

« J’ai été arrêté, six ans durant, je n’ai pas connu les motifs de mon arrestation » répète le professeur Mbonekube, documents à l’appui retraçant les différentes démarches de son avocat pour le faire sortir des griffes des services de sécurité et de la justice.

Même après la loi d’amnistie, raconte ce professeur, une lettre a été éditée ici à Bukavu demandant de libérer tout le monde sauf lui. Une lettre qu’il cite et dont il attribue la paternité à l’ancien gouverneur du Sud-Kivu.

« Parce que si vous le libérer, je ne saurai plus diriger la province parce qu’il est en prison mais il est entrain de négocier avec les gens de Mushinga pour que BANRO n’exploite pas le carré minier de Mukungwe, Mbonekube est à la base des conflits entre le Mwami Ndatabaye et son fils Kurhengamuzimu, il est à la base des difficultés qui existent entre les familles CUNU et Kurhengamuzimu. Il faut le garder en prison, parce que s’il sort, je ne saurai pas diriger la province » disait la prétendue lettre de Cishambo envoyée à Kinshasa et citée par Mbonekube wa Kahule.

« Il est vrai que j’étais détenu politique privé des individus et j’en ai souffert pendant tout ce temps. Il a dit un moment que Mbonekube quittera la prison quand je ne serai plus gouverneur du Sud-Kivu. C’était un prophète, parce qu’il l’a dit et ça s’est concrétisé », ironise t-il.

En clair, devant plusieurs acteurs des partis politiques d’opposition et des membres des mouvements citoyens du Sud-Kivu, cet ex prisonnier politique s’est insurgé contre l’absence d’un Etat de droit dans le pays parlant parfois d’une République bananière où les lois ne sont pas respectées car, pour lui, il est inadmissible qu’un citoyen passe plus de six ans en prison sans qu’aucun élément de l’accusation ne lui soit signifié et sur base d’un mandat d’arrêt provisoire.

Son combat politique il le poursuivra aux côtés de l’opposition car faisant partie de « Alternance Vital Kamerhe », une coalition créée à la veille des élections de 2011.

Le professeur Michaël Mbonekube wa Kahule et Gustave Bagayamukwe ont été libérés sur base d’une décision du ministre national de la justice après plus de cinq ans de prison à Kinshasa. Ils étaient accusés de vouloir renverser le pouvoir en place. Leur libération est intervenue dans le cadre des mesures de décrispation politique convenues par les parties prenantes au dialogue de la saint sylvestre de l’année 2016.

Honneur-David Safari

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Un commentaire

  1. Nous disons merci à tous ceux qui ont intervenus pour la libération de nos compagnons de la lute pour l’alternance au pouvoir et quand à eux de vivre toujours le chemin politique d’un opposant qui n’abandonnera jamais !! «  » never give up «  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer