ActualitéPolitiqueSociétéUncategorized

RDC: après Kinshasa, Bukavu et Kisangani, le club des professeurs lanceurs d’alerte à Lubumbashi

Le club des professeurs congolais lanceurs d’alerte organise, ce lundi 21 mai 2018 à Lubumbashi, le troisième épisode de la campagne de sensibilisation des intellectuels congolais sur leur rôle dans la situation sociopolitique du moment. Ce club, né à l’initiative du professeur Denis Mukwege, s’accroit du jour au lendemain et ne cesse d’enregistrer des nouvelles adhésions parmi les professeurs congolais encore épris du souci de relever le pays de sa précarité contemporaine.

Après l’étape de Kinshasa, celle de Bukavu ainsi que celle de Kisangani, les professeurs engagés sur le Chemin de la paix ont mis le cap sur Lubumbashi, où ils réuniront l’incommensurable crème intellectuelle de cette ville afin d’échanger sur la destinée du pays, et l’apport des hommes instruits pour redresser ce pays longtemps accroupi par la prédation d’une classe politique dépourvue de pudeur.

Mieux outillés, que quiconque, à orienter les avis de la population par rapport aux questions d’actualité politique, les professeurs se refusent d’attendre fébrilement que l’hécatombe se produise sans le prévenir. Le club des professeurs lanceurs d’alerte a pour mission d’extirper le  mal qui gangrène la société, à travers l’éducation à la citoyenneté active de la classe intellectuelle.

« Il faut avoir des personnes qui pensent aux voies et moyens de sortir le pays de la crise actuelle. Cette mobilisation des professeurs est une étape très importante dans le cadre du chemin de la paix qu’avait entamé le professeur Denis Mukwege », nous a révélé, un proche du professeur Mukwege que nous avons interrogé par rapport à la nécessité de l’occurrence de cette campagne.

Pour cet interlocuteur, qui semble entretenir un doute quant à la présence physique du professeur Mukwege à ces assises, « le nombre des professeurs est en train de s’augmenter à une vitesse supérieure… Il pense aller dans toutes les villes du pays afin de pouvoir donner ce message et relever les consciences ».

A l’épisode Lubumbashi de leur périple, les professeurs se pencheront, sa nul doute, sur la problématique relative à la tentative imputée au président Joseph Kabila de vouloir briguer un nouveau mandat, contrairement au prescrit de la constitution. Ce débat qui fait figure de sujet d’actualité ne passera pas inaperçu à l’œil vigilent du club des professeurs lanceurs d’alerte, qui risquent de prester sans leur capitaine, le docteur Denis Mukwege, dont la non-présence serait provoquée par l’incertitude sur les mesures sécuritaires comme ce fut le cas lors de l’étape de Kisangani.

Rappelons que le vent de sensibilisation de l’élite congolaise est né à Kinshasa à l’occasion d’une grande réunion scientifique à laquelle avaient pris part plus de 40 professeurs congolais.

Répondant à l’invitation du Professeur Denis Mukwege, les professeurs, agréables à l’idée de la refondation et la conscientisation de la classe dirigeante congolaise, ont initié un mouvement de sensibilisation ciblant spécialement la classe intellectuelle du pays, à travers des journées de réflexion.

Si le prochain cap sera décidé à la clôture de la conférence de Lubumbashi, deux villes partent favorites pour l’emporter ; il s’agit de Goma et de Kananga, vu l’importance que ces deux villes représentent dans le monde intellectuel et culturel.

A en croire les convictions des initiateurs, cette vague de sensibilisations a un impact absolument positif car, il se constate un engouement particulièrement important dans les villes où ils ont eu à prester. Ils ne font que « lancer la pierre, et la vague s’en suit », a sagement affirmé le proche du docteur Denis Mukwege.

Florence Ashuza

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer