Actualité

Sud-Kivu : 53 personnes tuées au mois de Mai, SAJECEK Forces vives parle d’un « abattoir humain »

53 personnes tuées, 82 maisons attaquées, 12 cas d’enlèvement et 3 cas de justice populaire dans la seule province du Sud-Kivu au cours du mois de Mai dernier.

C’est le bilan donné par l’organisation Sajecek Forces vives, une organisation spécialisée dans la gouvernance en général et celle sécuritaire en particulier.

Dans son bulletin surprise N°53 publié ce vendredi, l’organisation  note que ce mois de mai a été un véritable cauchemar pour la population de la province du Sud-Kivu.

« Contrairement  au  mois  passé  d’Avril  où l’on a enregistré 16 cas de tueries et 59 attaques des maisons, le mois de Mai a été un véritable abattoir humain »note l’organisation.   

Le territoire rouge pour le mois de Mai est Fizi avec 26 tueries, et 2 enlèvements, suivi de la ville de Bukavu avec 10 tueries, 65 maisons attaquées, 8 enlèvements et 2 cas de justice populaire, vient ensuite Uvira avec 9 tueries, 6 maisons attaquées, 1 cas d’enlèvement et 1 cas de justice populaire. Vient ensuite le territoire d’Idjwi avec 6 cas de tueries, 1 cas chacun pour Kabare et Mwenga, et aucune tuérie identifiée dans les territoires de Walungu et Kalehe.

Comme dans les cas d’autres précédents rapports,  l’organisation parle des  tueries  et  attaques  des  maisons qui s’amplifient  « dans  un  silence  total  des autorités ».

 « Où  est-elle  passée  la  fameuse campagne  « Tujikinge »  annoncée  avec pompe   par   le  gouverneur  Claude Nyamugabo, si des citoyens et citoyennes de la province peuvent être égorgés comme des mouches à hauteur de 53 personnes dans un espace d’un seul mois ? Depuis  le  mois  de  Janvier  de  cette année, la province est perturbée par des tueries  qu’elle  n’avait  jamais  connue avec d’autres gouverneurs » dit Sajecek Forces Vives.

L’organisation défense des droits humains dénonce « l’inaction » du gouvernement Nyamugabo , les forces de sécurité et d’autres responsables politico-administratives.

« La vie étant sacrée, les autorités de la province  devraient  consacrer prioritairement   leurs  efforts  dans  la lutte contre l’insécurité grandissante qui a  élu  domicile  dans  la  province  en mettant des moyens conséquents à la disposition des services de sécurité afin de protéger la population » recommande Sajecek Forces Vives.

En avril dernier, l’organisation avait fait état de 16 cas de tueries en province en notant une nette amélioration par rapport aux mois précédents. 

Adonis Lubambo

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer