ActualitéEconomiePolitiqueSociétéUncategorized

marché transfrontalier de Bukavu: la société civile demande au gouverneur de dénicher les spoliateurs du terrain

Le Bureau de Coordination de la Société Civile au Sud-Kivu a brisé le silence face au débat concernant la spoliation d’une partie du domaine réservé au marché transfrontalier à la Frontière Ruzizi 1er.

Dans le lot des situations inacceptables observées dans la ville de Bukavu, la société civile note la spoliation de la parcelle déjà indemnisée par le gouvernement pour la construction du marché transfrontalier par « certaines autorités provinciales honoraires » alors que le financement de la Banque Mondiale est prêt pour débuter les travaux de construction.

Au cours d’une rencontre avec la presse autour de la situation socio-sécuritaire de la province et de la ville de Bukavu en particulier ce vendredi 7 Septembre 2018, la vice-présidente du Bureau de Coordination de la Société Civile, recommande au gouverneur du Sud-Kivu à agir pour remettre de l’ordre de ce côté.

« Au gouverneur du Sud-Kivu : de disponibiliser le lopin de terre qui est prévu pour la construction du marché transfrontalier et qui doit bénéficier du financement de la Banque Mondiale pour arrêter les tracasseries des petites commerçantes tout en se référant à l’arrêté provincial du 30 juillet 2016 portant affectation du terrain SU 20744 du plan cadastral d’Ibanda au profit de l’Etat Congolais à destination du poste frontalier pour la Facilitation du Commerce dans la Régions des Grands-Lacs….de dénicher les spoliateurs du terrain prévu pour la construction du marché transfrontalier et les soumettre à la justice pour qu’ils répondent de leurs actes» plaide Marie Migani Binti Muganza.

Rappelons que la construction du marché transfrontalier traîne de débuter alors que l’argent est déjà disponible.

La concession prévue pour la construction de ce marché a été rachetée par des tiers après une indemnisation du propriétaire. Plusieurs responsables étatiques honoraires et en fonction sont cités dans ce dossier.

Les petits commerçants transfrontaliers ont, à leur tour décidé de s’installer provisoirement sur l’autre partie encore libre en attendant l’action de l’autorité pour mettre fin à l’actuel désordre. Plusieurs plaidoyers continuent d’être menés pour résoudre le problème.

Le gouverneur du Sud-Kivu avait aussi promis aux petits commerçants qu’il s’impliquera dans ce dossier pour qu’une solution efficace et définitive soit trouvée.

Florence Ashuza

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer