ActualitéEconomiePolitiqueSociétéUncategorized

1 an Nyamugabo à la tête du Sud-Kivu: Deo Bizibu (UDPS) parle d’un bilan négatif

« Il n’y a pas des raisons pour que les uns s’octroient un salaire mirobolant quand la majorité du peuple vie dans la misère ». C’est en substance le message de Deo Bizibu lors d’une conférence de presse tenue au siège de l’UDPS ce vendredi matin.

La conférence avait comme objectif d’évaluer l’action du gouverneur du Sud-Kivu une année jour pour jour après que Claude Nyamugabo était porté à la tête de la province par l’assemblée provinciale en remplacement de Marcelin Cishabo qui venait d’être évincé.

Deo Bizibu, ancien président fédéral de l’UDPS au Sud-Kivu et candidat à la députation provinciale dans la ville de Bukavu, a estimé dans son discours que le bilan du gouverneur en une année est très négatif. Il a passé en revue certains secteurs de la vie qui constituaient l’action du gouvernement qu’avait défendu Nyamugabo devant les députés provinciaux lors de son investiture en octobre 2017.    

La sécurité reste un problème

« Sur le plan sécuritaire le gouverneur avait déclaré vouloir consolider la sécurité dans la province, les tueries ont continué à augmenter. Il a même créé l’opération « Tujikinge » qui n’a pas apporté la paix. Sur le plan infrastructures, aucune route n’est finie. Les travaux sur la route Ruzizi 2-place Major Vangu qui avait commencé sous Cishambo piétinent jusqu’aujourd’hui. Les travaux sur la route place de l’indépendance jusqu’ Amsar qui ont commencé depuis le mois de mai, sont toujours au niveau du rondpoint place de l’indépendance. » a déclaré le conférencier.

Augmentation de son salaire

Bizibu a démontré que sur le plan de la gestion des finances de la province le gouverneur n’a rien fait à part se servir lui et son gouvernement. Il a comparé son salaire avec celui de l’ancien gouverneur Marcellin Cishambo en montrant que Nyamugabo s’octroie 2110 dollars américains comme prime de risque là où son prédécesseur recevait 1400 dollars. Comme prime mensuelle, il reçoit 8000 dollars alors que Cishambo recevait 5000. Pour l’alimentation, il prend 1600 dollars “un montant qui peut payer 10 enseignants en province”.

« Claude Nyamugabo a créé des taxes qui ne figurent  pas dans la liste des taxes à payer dans la province comme la taxe au transport. Et comme la population refusait de la payer, il demandé à la DGM de percevoir cette taxe à la frontière. Il a également institué une taxe de tourisme pour tout passager qui naviguerait sur le lac Kivu en la faisant payer même aux personnes qui se rendent chez eux comme les habitants d’Idjwi ». a dit Deo Bizibu à la presse.

Devant ce tableau sombre de l’an un de Nyamugabo à la tête de la province peint par le conférencier, Deo Bizibu appelle la population du Sud-Kivu à élire d’une manière responsable afin que les futurs élus corrigent ce qui a été fait par le gouverneur qui dit-il, n’a de place qu’en prison.

Thomas Uzima

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Un commentaire

  1. Deo BIZIBU n’a pas du tout tort d’avoir, complètement, raison. Nyamugabo, Cishambo, Muderhwa, Cibalonza: ils ont fait, en douze ans, en mal, le quart de l’écart qui les sépare des réalisations de Julien PALUKU.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer