ActualitéSociétéUncategorized

Bukavu: les Pygmées réclament le retour dans leurs forêts au Forum pour la Production du document de Politique Foncière en RDC

« Les forêts sont l’habitat des peuples pygmées, il faut qu’en élaborant le document de réforme de politique foncière nationale, le gouvernement réhabilite ces peuples dans leur droit » ces propos sont de Joël Bowela, coordinateur de l’ONG Initiative pour la Gestion Durable de l’Environnement et défenseur des droits des Pygmées.

Dans une interview accordée à un reporter de Laprunellerdc.info, ce défenseur des droits des pygmées venu de Kinshasa explique que depuis la nuit des temps, les peuples pygmées occupent les forêts de la République Démocratique du Congo. Ils ont été chassés et abandonnés à leur triste sort.

« Les pygmées sont les premiers occupants de la RDC, et quand on parle de la teneur foncière, on doit pas oublier le peuple autochtone. Il y a des terres qui ont été spoliées, des terres dans les forêts qu’on a ravies à ces peuples. A ce moment cruciale de la réforme de la politique foncière, il est très important qu’on tienne compte de la revendication des peuples autochtones qui est celle récupérer les terres ravies aux peuples autochtones et les sécuriser » plaide-t-i­l.

A la question de savoir quelle solution envisager pour les forêts considérées comme aires protégées et classées, Joël Bowela répond : « Ces forêts ont été classées par l’homme, c’est une loi et cette loi peut être révisée à n’importe quel moment. La forêt c’est l’habitat du peuple autochtone. Si on insiste sur la politique foncière en RDC, c’est parce que cette loi doit être révisée par rapport aux aspirations des communautés. Nous insistons là-dessus, il faut que les peuples autochtones pygmées soient réhabilités dans leur droits » insiste Bawela.

De son côté Josué Aruna, le président de la société civile environnementale, est­ime que la politique des airs protégés et peuple autochtones est une question continentale.

« Il sera difficile de faire revenir le peuple autochtones dans les aires protégées et déjà classées. Les mécanismes que nous cherchons, c’est de voir comment développer ces communautés qui ont été expropriées de leurs terres et qui vivent en dehors des aires protégées mais sans terres. Maintenant il faut que l’État congolais, dans la reforme de cette politique foncière,  réfléchisse comment les installer dans les périphéries de ces aires protégées tout en mettant en place des mécanismes d’appui et d’investissement dans des paysages forestiers qui vont accompagner ces communautés qui ne bénéficieront plus de ces terres expropriées et qui servent la République en terme d’aires protégées » tranche Josué Aruna.

Pour rappel, c’est depuis ce 5 novembre 2018 que se tient à Bukavu, dans la province du Sud-Kivu le Forum Interprovincial pour la production du projet de document de politique foncière en République Démocratique du Congo.

Ce forum a pour mission de doter la RDC d’une nouvelle politique en matière foncière dans le but de diminuer les conflits fonciers qui sont évalués à plus de 65% dans les cours et tribunaux selon le professeur Mugangu Séverin.

Dans son discours d’ouverture officielle de ce forum, le ministre national des affaires foncières Lumeya Dhu Maleghi a noté que ces assises sont un moment historique qui vise à doter le pays d’un outil politique en matière foncière et plus tard d’une loi foncière.

Notons que ce forum de trois jours regroupe plusieurs personnalités du pays dont les ministres provinciaux des affaires foncières de 26 provinces que regorge le pays mais aussi des experts en matière foncière. Il se tient à l’hôtel Panorama avec l’appui financier de UN Habitat et de la Coopération Suisse (DDC).

Thomas Uzima

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer