ActualitéSociétéUncategorized

Bagira: le manque d’eau pointé comme cause de décès de 3 personnes en moins d’une semaine à Kalengera

3 personnes sont déjà mortes en moins d’une semaine sur avenue Kalengera, au quartier Mulambula dans la commune de Bagira, ville de Bukavu.

Il s’agit de 2 enfants et un homme d’une quarantaine d’années. Selon un voisin d’une famille victime,  un des enfants jouait avec ses amis est d’un coup, il a commencé à faire la diarrhée.

« C’est là que je veux le récupérer pour l’amener à l’hôpital mais l’enfant va mourir en cours de route ».

Les deux autres victimes sont mortes dans les conditions similaires, témoignent les familles des victimes.

Les habitants attribuent ces décès au manque d’eau de la Regideso et la consommation de l’eau non chlorée du lac Kivu depuis plus de trois mois.

« Il s’agit des maladies hydriques et nous ne sommes pas en mesure de donner des explications jusqu’en ce moment » dit un autre jeune leader de ce coin.

En effet, le tuyau qui desservait cette population en eau potable avait été endommagé au mois de juillet de cette année par les engins de la société TRABEMCO qui construisent la route place de l’Indépendance jusqu’à Mosho environs treize kilomètres au Nord de la ville de Bukavu.

« Nous avions écrit à la REGIDESO comme c’est l’entreprise qui distribue l’eau et elle nous a renvoyé à l’entreprise TRABEMCO. Nous y somme allés et là on nous dira qu’il fallait que les agents de la REGIDESO fassent le constat et disent à TRABEMCO combien couteront les travaux de raccordement. Nous sommes rentrés à la REGIDESO mais nous n’avons pas eu de solution. Ça fait plus de trois mois que nous menons ces démarches et nous ne savons plus quoi faire. Nous nous demandons s’ils veulent nous voir dans la rue pour nous donner de l’eau. Mais si c’est ça la dernière solution, nous n’aurons pas de choix. Vraiment nous demandons à la REGIDESO et à TRABEMCO de trouver une solution le plus tôt possible.» nous dit Emmanuel baba Sukuma membre du Comité de Développement de Kalengera.

En attendant la population continue à se rendre au lac Kivu pour y chercher cette denrée devenue rare avec toutes les conséquences possibles que présente l’eau du lac sur la santé.

« Je suis ici depuis le matin en train de guider les gens qui viennent puiser ici car c’est la seule borne fontaine où l’eau coule encore, mais je peux vous dire que le nombre des personnes qui sont allées puiser au lac est plus grand que celui qui a puisé ici.» renchérit Emmanuel rencontré sur une borne fontaine.

Déjà, la zone de santé de Bagira a commencé à distribuer des produits d’épuration d’eau pour prévenir et éviter la résurgence du choléra depuis dimanche 18 novembre.

Thomas UZIMA

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer