ActualitéPolitiqueSociétéUncategorized

RDC-Élections: AFEM demande aux médias d’accorder équitablement la parole aux candidates femmes

L’Association des Femmes des Médias (AFEM) appelle les responsables des médias à accorder équitablement la parole à tous les candidats, en particulier aux candidates pendant la période de la campagne électorale  annoncée ce jeudi 22 octobre 2018 sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo.

Elle a lancé cet appel lors d’un café de presse organisé par AFEM ce mercredi 21 novembre 2018 au bureau Internews, sur avenue Mbaki en face de l’archevêché de Bukavu. 

A travers ces assises, les intervenants qui sont les membres de l’AFEM, les candidates députées de la majorité comme de l’opposition ont insisté sur les stratégies à monter face aux inégalités homme-femme pendant la période électorale.

Jolly Kamuntu, coordinatrice de l’association « Karibu Jeunesse Nouvelle » (KJN) estime que le principal défi à relever c’est la discrimination des femmes candidates par certains médias de la place.

« Les médias devraient accorder la parole aux femmes candidates équitablement ; à tous les candidats .c’est un défi auquel on a fait face durant les périodes électorales passées. Un défi qui est de deux côtés, parce qu’il y a de ces médias qui négligent des femmes. Ils estiment que les femmes n’ont pas à dire, estiment que les femmes ont peur du micro. Chers médias, aidez les femmes candidates à disséminer leurs projets de société sur une plus longue distance ». a-t-elle recommandé.

Pour Marie Migani, présidente de la composante Femme au sein du Bureau de Coordination de la société civile du Sud-Kivu, les candidates devraient s’informer d’abord sur toutes les questions essentielles concernant le processus électoral en cours.

« Nous voulons à ce que dans un premier temps, la candidate soit informée, par ce que, même si nous possédons des moyens financiers et nous ne sommes pas informés c’est tout un problème. Celui qui détient l’information a le pouvoir, on peut même nous donner des milliers et l’argent ne servira à rien si nous ne savons pas ce que nous devons faire. Donc, dans un premier temps il faut être informé et les Finances viendront après » renseigne- elle. 

Quant à Josée Emina, présidente fédérale de  l’UDPS en province du Sud Kivu et candidate à la députation nationale, malgré que les femmes n’ont pas de modèle politique féminin, les candidates devraient braver la peur et se considérer au même pied d’égalité que les candidats hommes.

« Nous devons demander aux médias de nous aider à braver la peur. Nous sommes en train de réclamer tout haut que nous devons être représentées. Chère femme, tu t’es portée candidate mais tu n’es pas en mesure en tant que femme de prendre la parole en public, quel jour seras-tu capable d’initier une question orale à l’hémicycle ?  Si devant 100, 200 personnes nous ne sommes pas à mesure de parler, on fera quoi une fois élue ? » a-t-elle demandé aux autres femmes.

Signalons que ce café de presse avait comme thème « comment les femmes candidates peuvent faire face aux inégalités homme-femme pendant la période électorale ».

Irenge Bagenda Ibag

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer