ActualitéPolitiqueUncategorized

RDC: Fayulu demande à ses électeurs de refuser l’usage de la machine à voter le jour du vote

« Il ment. Nangaa est un grand menteur ! Mais il ment comme il respire ! Et ça, c’est grave ! » Voilà ce qu’a déclaré Martin Fayulu candidat de la coalition Lamuka à la présidence de la RDC lors de son intervention à  Radio France Internationale (RFI) ce dimanche 2 décembre 2018.

Le candidat Fayulu répondait ainsi à la question qui visait à savoir s’il était rassuré par la déclaration de la Commission électorale selon laquelle la machine à voter ne sert qu’à identifier les candidats, imprimer les bulletins de vote sans comptage de voix. Fayulu est formel : il est irréaliste d’organiser les élections et compter les voix le même jour comme le dit la CENI ; notamment sur l’annonce des résultats avant Noel.

Clarifiant sa position sur la machine, Martin Fayulu a demandé à ses électeurs de ne pas accepter qu’on installe la machine dans les bureaux de vote et que personne ne puisse organiser les élections en utilisant la machine à voter. « Nous demandons à nos électeurs qu’on n’installe même pas la machine à voter dans les bureaux de vote. Que personne ne puisse organiser les élections en utilisant la machine à voter ! » a déclaré Martin Fayulu sur les antennes de RFI.

Plusieurs autres points ont été évoqués par le candidat de Lamuka dans son intervention qui entre dans le cadre de la parole que la RFI accorde à tous les candidats à la présidentielle en RDC.

Cette position que défend Mayulu sur la machine à voter inquiète plusieurs observateurs et analystes politiques qui craignent des escalades le 23 décembre, le jour du vote en RDC d’autant plus que la CENI a déjà trancher qu’il n’ y a aura pas d’élections sans cette machine à voter.

Jusqu’à quand le candidat Lamuka continuera-t-il à tenir ce discours? Sa plateforme est -elle dans la logique du boycott? Même si ses cadres ne l’admettent pas, ce discours autour de la machine à voter sème la confusion dans la tête des nombreux qui se demandent si la CENI est encore capable d’avoir un consensus sur son utilisation et rassurer les uns et les autres.

Thomas Uzima

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer