ActualitéPolitiqueSécuritéSociétéUncategorized

Luhwinja: vive protestation des habitants de Luchiga contre Banro après l’arrestation des leurs

Le lundi 24 décembre s’est réveillé très agité dans le groupement de Luchiga chefferie de Luhwinja, en territoire de Mwenga où des habitants étaient dans la rue pour réclamer la libération de deux de leurs compatriotes arrêtés depuis vendredi dernier au parquet général de Bukavu et transférés à la prison centrale, le lendemain.

Ceci est intervenu après que les habitants aient entamé des discussions avec les autorités locales pour réclamer la libération de ceux-ci par l’entremise de la société civile et certains notables du coin mais sans succès.

quelques habitants dans la rue

Bilan de la manifestation : quelques blessés et quelques interpellations. Débordée, la police n’apas hésité de faire appel à l’armée et qui a tiré en l’air pour  disperser les manifestants.

Dans leur lettre adressée au chef de groupement avec copie à la chefferie, au directeur de la société Banro, la police et l’armée, réclamant la libération des messieurs Zihalirwa et Bakenge on pouvait lire «si nos frères ne sont pas libérés ce samedi, nous descendrons dans la rue»  nous cite monsieur Charles Mulimbalimba, fils d’un notable de Luchiga et présent dans la délégation qui était allée voir le chef de groupement.

Messieurs Zihalirwa Cigale et Bakenge Cigale deux frères biologiques, habitants de Luchiga ont un contentieux avec la société Banro qui y exploite. Ceux-ci n’ont pas été indemnisés avec les autres voisins pourtant victimes des  dommages causés par l’exploitation de ladite société et qui voulait maintenant les indemniser qu’à 30%.  Ce qui n’a pas été accepté par les concernés ; d’où leur invitation au parquet et leur arrestation jusqu’aujourd’hui, renseigne notre source. 

Il faut laisser la justice faire son travail, conseille Banro

« Il faut aller expliquer la situation à la justice, que la justice vous écoute et qu’elle vous suive. Mais quand vous multipliez les réactions de la rue, vous multipliez aussi des infractions et il y a aussi d’autres personnes qui n’étaient pas dans le dossier qui risquent d’être inculpées. Il y a eu certains objets de la société qui ont été détruits par des gens qui ont manifesté. L’enquête est en cours et on doit identifier les responsables pour le poursuivre à leur tour. Et donc tout celui qui va causer les actes de vandalisme, en aura pour son compte et il faut qu’il soit prêt à assumer. Le parquet de Kamituga est à pied d’œuvre pour identifier les meneurs » dit l’un des avocats conseils de la société Banro, Bundibulya Eloi.

Ces habitants n’avaient-ils pas droit de manifester ? Pour l’avocat conseil de Banro, l’endroit le plus approprié c’est au tribunal.

« Pourquoi les gens négligent les invitations qu’ont leurs a envoyées au  parquet et préfèrent faire des manifestations à Luwhinja comme  s’ils étaient dans une terre conquise. Il faut qu’ils se présentent auprès du procureur, ils lui présentent leurs moyens et le procureur va appliquer la loi, s’ils ont raison, ils auront raison. Nous sommes en pourparlers avec d’autres avocats conseils, il faut qu’il soient écoutés par leurs clients parce qu’ils risquent de défendre les gens qui ne veulent pas qu’ils soient défendus. Le droit minier est un droit spécial ce n’est pas tout le monde qui le connait. Parfois les gens disent qu’ils ont des droits alors qu’ils n’en ont pas. Alors si on interroge le droit minier, on peut trouver la solution. Mais si on se fie  aux rumeurs et aux experts de tout bord, on risque de faire l’inacceptable » tranche-t-il.

Concernant les 30% d’indemnisation, Me Bundibulya Eloi croit que c’est « du mensonge » car les biens principaux sont indemnisés à 100% ». 

En attendant, c’est un nouveau feuilleton qui s’ouvre entre des habitants et la société Banro qui exploite de l’or dans cette région. 

Adonis Lubambo

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer