ActualitéNobel 2018PolitiqueSociétéUncategorized

«Nos vues pourraient s’accorder s’ils changent et s’ils dirigent notre pays dans le respect de nos lois et de notre constitution» (Mukwege aux gouvernants)

Le docteur Denis Mukwege, prix Nobel de la paix a encore une fois profité de la tribune lui offerte au collège Alfajiri de Bukavu pour décrier la misère dans laquelle vit le congolais. 

 C’était ce jeudi 27 décembre 2018 alors qu’il présentait le prix Nobel aux milliers des personnes venues l’attendre depuis l’aéroport de Kavumu jusque dans la ville de Bukavu.

L’homme qui répare les femmes a  aussi déploré l’absence des autorités politiques et administratives à cette cérémonie où plusieurs milliers de Bukavu ont pris part. Il dit « comprendre » leur attitude et les appelle à changer leur mode de gouvernance. 

«Si parfois je suis critique à leur égard, c’est parce que tout simplement, la gravité de la situation que traverse notre pays l’impose et toute conscience qui compatit à la misère de notre population.  Mais je voudrai dire que nous ne sommes pas des ennemis, nos vues pourraient s’harmoniser, nos vues pourraient même s’accorder s’ils changent et s’ils dirigent notre pays au nom des intérêts collectifs dans le respect de nos lois et de notre constitution…Dans tous les cas, je voudrai leurs dire que nous sommes tous les fils et les filles de notre beau pays, la République Démocratique du Congo » a lancé Denis Mukwege, revenant sur son discours de Oslo.

Pour lui, les reports « intempestifs » des élections ne favorisent pas un climat de paix dans le pays. 

Le célèbre gynécologue congolais appelle les autorités congolaises à assumer leur responsabilité mais aussi à prendre des mesures pour éviter le chaos dans le pays.

« Dans le contexte politique actuel, malheureusement, l’urgence est de sauver le processus électoral qui est dans l’impasse. la CENI et les autorités de notre pays doivent assumer leurs responsabilités. Il y a deux ans, dans cette même enceinte du collège Alfajiri, j’avais déjà interpellé les autorités politiques sur le risque de chaos que court notre pays avec des violations sans cesse de la constitution dans le but de se maintenir au pouvoir dans l’illégalité. Les reports intempestifs des élections ne favorise pas un climat de paix dans notre pays »  argue-t-il, devant une foule immense au collège Alfajiri

Rappelons que le Dr Denis Mukwege est arrivé à Bukavu ce jeudi 27 décembre 2018 via l’aéroport de Kavumu vers 14 heures locales. Ce prix lui a été officiellement remis à Oslo le 10 décembre dernier pour couronner sa lutte contre les violences sexuelles faites  aux femmes et son obsession à défendre les droits humains en général.

Ibag Bagenda

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer