ActualitéPolitiqueSociétéUncategorized

Réaction de la RDC aux sanctions de l’UE: «c’est finalement le peuple congolais qui a été sanctionné » (Me Arnold Nyaluma)

Le gouvernement  congolais n’a pas préjudicié l’Union Européenne en fermant la Maison Schengen et en expulsant l’ambassadeur Bart Ouvry. Pour le professeur Arnold Nyaluma, les conséquences de cette série de mesures défavorisent plutôt les citoyens Congolais.

En vertu de la réciprocité de forces, l’Etat congolais a légitimement réagi en entreprenant des mesures à l’égard de l’Union Européenne, en réaction à la série de sanctions que celle-ci a infligées à certains de ses dignitaires. Par ailleurs, les mesures prises semblent avoir été mal choisies. En limogeant le représentant de l’Union Européenne, en RDC, le gouvernement congolais n’a pas du tout touché aux intérêts des européens.

Répondant aux questions de Laprunellerdc.info, ce vendredi 4 janvier 2019, le professeur de Droit Arnold Nyaluma a relevé la mauvaise foi qui a animé les initiateurs de ces mesures analogues aux sanctions de l’Union Européenne. Pour le Professeur Nyaluma, les réactions des autorités congolaises ont été émaillées de complaisance vus les intérêts qu’elles ont de l’autre côté de Méditerranée.

« J’aurais bien voulu que les congolais soient courageux pour qu’ils rappellent les différents ambassadeurs que la RDC a déployés dans ces pays [membres de l’UE]. Mais ça, ils ne peuvent pas faire ! La plupart de ceux qui sont au pouvoir, leurs familles sont en Europe. Leurs coptes sont en Europe. C’est des gens qui mangent entre les mains de l’Occident », a déploré le professeur Arnold Nyaluma.

Actuellement, le voyage des congolais vers l’Europe est devenu un véritable parcours des combattants car c’est à travers la Maison Schengen qu’ils obtenaient les visas. Pour le Professeur Nyaluma, « c’est finalement le peuple congolais qui a été sanctionné ». Au regard de Me Arnold Nyaluma, la déstabilisation de représentations de l’Europe au Congo est plus défavorable au peuple congolais qu’aux européens.

« On voit que les réactions prises par la RDC, c’est plutôt des sanctions contre son propre peuple encore une fois. On a fermé la maison Schengen, mais qui sont les clients de la maison Schengen ? C’est des congolais qui veulent partir en Europe ! […] Donc les occidentaux peuvent venir au Congo, mais les congolais ne peuvent pas partir en Europe », s’étonne Arnold Nyaluma Mulagano.

Ajouter à cette mesure l’expulsion du représentant de l’Union Européenne à Kinshasa, le gouvernement congolais semble s’être auto-flagellé car diplomatiquement, cette astuce n’a eu aucune répercussion majeure sur l’Europe. Par contre, cela a impacté la crédibilité de la RDC dans le concert des nations.

La RDC venait d’organiser les  élections, les premières sans le président en exercice, à l’absence des principaux partenaires internationaux, à l’instar des États-Unis d’Amérique et de l’Union Européenne.

D’aucun pense que cette stratégie a expressément visé à éloigner le processus de toute observation internationale crédible. Mais pour le gouvernement congolais, un État souverain n’aura pas perpétuellement besoin de l’assistance internationale.

John Achiza

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer