ActualitéPolitiqueSociétéUncategorized

RDC: le nouveau président ne peut-être félicité qu’après l’évaluation de ses 100 jours à la tête du pays ( Mizo Kabare)

Le président provincial de la Ligue de consommateurs des services au Congo Kinshasa appelle les congolais à exercer un contrôle citoyen quotidien sur la gestion de la chose publique. Mizo Kabare estime que la population congolaise ne devrait plus attendre cinq ans pour exiger le bilan, pour lui ça devrait se faire régulièrement afin de pousser les autorités nouvellement élues à travailler pour le bien du peuple.

 » C’est une occasion pour demander au peuple, de ne plus rester les bras croisés, exercer ce que nous appelons le contrôle citoyen sur la gestion de la chose publique. Déjà 100 jours, après prestation, nous allons demander des comptes, la comptabilité, la redevabilité, c’est légal, c’est constitutionnel. Donc nous n’allons plus attendre cinq ans pour exiger le bilan, cinq  ans pour exiger le compte, non, 100 jours on exige, premier semestre on exige, à une année on exige, ainsi de suite. Voilà ce que nous demandons au peuple congolais, réveillez vous, vous avez fait du bon travail. Lors de ces élections vous avez bien élu, félicitations à vous, nous vous jetons beaucoup des fleurs mais ce n’est pas encore fini, le gros du travail vient de commencer. Je vous encourage à vous lever comme un seul homme dans un élan de solidarité et d’unité pour barrer la route à la corruption, barrer la route au Mal, parce que si on ne le fait pas les autorités qui entrent en fonction risquent de croire que c’est un système. Nous voulons voir ces autorités appliquer leurs visions sous l’œil vigilant et sous la vigilance citoyenne du peuple congolais.  » dit – il .

Cet acteur de la société civile indique que le chef d’état nouvellement élu sera bientôt jugé en fonction de sa détermination dans la lutte contre l’impunité en République démocratique du Congo.

 »Nous allons saluer le chef d’Etat après une année lorsque nous allons voir les portes des prisons partout à travers la RDC grandement ouverte et que les pillards sont poursuivis, et que les pillards qui vont encore croire que les choses n’ont pas encore changé vont être jetés en prison et être condamnés.  Sans cela nous risquons d’émettre beaucoup des doutes. Que les autorités nouvellement élus de la RDC puissent  césure parce qu’il est temps que les choses changent. » à -t- il  ajouté.

Ibag Bagenda

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer