ActualitéPolitiqueSociétéUncategorized

Routes Bukavu : «que celui qui a des briques, des pierres les mettent là où il y a des trous» (appel de la Société Civile)

Après un avertissement, la Société Civile passe à l’action! Elle appelle les habitants de Bukavu de se charger du colmatage de la voirie urbaine en délabrement très avancé.

C’est Nicolas Kyalangalilwa, membre du Bureau restreint du Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu qui l’a dit à nos confrères de radio Neno la Uzima de Bukavu, ce mardi 22 janvier 2019.

Celui-ci demande à toute personne ayant des morceaux des briques, des pierres et/ou de la terre de se charger de boucher des trous « parce que le gouvernement provincial a échoué ».

«A ce moment,  la Société Civile le constate malheureusement l’échec du Gouvernement Provincial à nous donner les routes qu’il faut, particulièrement dans la ville de Bukavu. Il semble s’en ficher totalement du quotidien de la population, des difficultés de transport et nous ne pouvons que demander à la population de faire ce qui lui revient de droit. Nous demandons à ceux qui ont des moyens, à ceux qui voient que devant leurs maisons il y a des grandes chutes de déposer qui des briques, qui de la terre comme on l’attend puisque c’est clair maintenant que le gouvernement provincial a échoué » tranche Nicolas Kyalangalilwa.

Nicolas Kyalangalilwa explique que la démarche n’est pas un bras de fer avec qui que ce soit mais l’expression du désarroi de la population face aux routes impraticables.

«Il s’agit d’une action citoyenne. Ou vous laissez ces trous béants dans les routes abimer les véhicules ou vous essayer tant soit peu de colmater les brèches. Je crois qu’il ne s’agit pas ici d’une compétition ; il s’agit plutôt d’un moyen interpellateur. En disant au gouvernement qu’on a l’impression qu’il a échoué et que nous on va faire avec les moyens de bord. Nous ne faisons aucun bras de fer mais nous sommes en train de dire que les gens ne doivent pas souffrir ainsi et l’autorité regarde d’un œil aveugle. Nous, nous disons simplement que nous ne cherchons aucun bras de fer mais c’est avec les meilleures intentions possibles et dans l’intérêt de ce peuple de dire que celui qui a des briques, que celui qui a des pierres les mettent là où il y a des trous pour qu’au moins les véhicules passent et qui sait si le coût du transport va peut-être diminuer » explique-t-il.

Pour rappel, au cours d’une interview accordée à Laprunellerdc.info, le président du Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud-Kivu avait exigé que des gestes concrets soient posés avant la fin du mois de Décembre 2018. « La route Nyawera-Nguba-Ruzizi 1er doit être réhabilitée avant le 23 décembre 2018 » disait-il.

Cette structure citoyenne attendait appeler les habitants à colmater les trous sur ce tronçon routier avec des cailloux et autres matériaux si la réhabilitation de ces routes ne se poursuivait pas.

Patient Bashombe rappelait également plusieurs routes qui sont toujours en état de délabrement très avancé comme les routes Bukavu-Shabunda, Uvira-Fizi, Mwenga-Kitutu, Miti-Bunyakiri-Bulambika, Idjwi Nord-Idjwi Sud, etc.

Adonis Lubambo

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer