Bukavu: grogne à l’ISP

Les activités sont paralysées depuis le matin de ce lundi 28 janvier 2019 à l’Institut Supérieur Pédagogique (ISP) de Bukavu.

En cause : plusieurs étudiants ont érigé des barricades et ont brulé des pneus pour protester essentiellement contre l’exclusion d’un de leurs par le Comité de gestion de cette institution.

Dans leurs revendications, ces étudiants dénoncent également le recouvrement des frais académiques dans des auditoires « comme à l’école secondaire », etc.

«Nous demandons le retour sans condition de l’étudiant Ganywamulume Polepole de G3 Biologie qui a été chassé définitivement de l’ISP, la deuxième chose est que nous ne sommes pas à l’école secondaire pour être chassés dans les auditoires parce qu’on n’a pas payé et nous voulons en troisième lieu que le paiement des frais académiques soit uniforme pour toutes les tranches sans quoi nous n’allons pas revenir aux cours. Nous resterons ici jusqu’à ce que l’autorité prenne une décision responsable et durable. Nous disons Non au tribalisme, Non au favoritisme et Non à la division à l’ISP Bukavu», dit Asime Lutanda Eugène, Chef de Promotion de L1 Histoire à l’ISP.

Ces étudiants reconnaissent que leur camarade a commis une faute, ils refusent tout de même une décision « non proportionnelle » à la faute. Un incident qui a conduit l’évanouissement de l’élève en pleine classe.

« Nous acceptons qu’il a été fautif d’avoir tapé sur l’enfant mais la sanction qui lui a été attribuée n’est pas proportionnelle à sa faute. Il allait être exclu temporairement ou annuler le stage et c’est cela la décision qui est sortie de la réunion de département et celle de la section » dit-il.

Un autre groupe d’étudiants tente de réclamer la dissolution du collège des étudiants installés en Novembre 2018. Une demande non partagée par beaucoup d’autres.

« Certains étudiants frustrés de n’avoir pas remporté les élections au collège des étudiants, tentent d’instrumentaliser les autres et brandissent d’autres revendications qui ne sont pas les nôtres » révélè un autre étudiant sur le lieu.

Pour l’instant, les autorités académiques n’ont pas encore préféré s’exprimer sur le dossier mais les étudiants affirment que le dialogue a été déjà amorcé pour tenter de dénouer la crise.

Florence Ashuza

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )