RDC : « Les Congolais ont le droit de s’interroger pour savoir où est passé l’argent du pays » (Olivier Kamitatu à Felix Tshisekedi)

Olivier Kamitatu exige au nouveau président élu de la RDC de rendre compte aux congolais au sujet de l’argent qui aurait disparu des caisses de l’Etat. C’est à travers son compte Twitter que le porte-parole et directeur de cabinet de Moïse Katumbi a choisi de lancer cette interpellation accablante, en se basant sur une alerte d’un « cadre de la banque centrale du Congo » qui accuse les collaborateurs de l’ancien président d’avoir systématiquement dévaliser les comptes de la banque qui logeaient les fonds provenant de la GECAMINES.

Tshisekedi et Katumbi / Droit tierce

En vertu de la continuité de l’Etat, le nouveau président a le devoir d’assumer tant le passif que les actifs du régime précédent et d’en rendre compte. Et Olivier Kamitatu le sait bien. Cet ancien ministre de Joseph Kabila, devenu opposant et cadre de la Plateforme Lamuka, n’octroie pas un seul instant au nouveau président avant de lui faire déguster à la saveur aigre de la tâche qu’il devra assumer pendant cinq ans au minimum.

 

Dès lors que la nouvelle du « Détournement des fonds du trésor public et de la Gecamines », Olivier Kamitatu n’a pas tardé avant de taquiner son désormais ancien allié lui rappelant à travers la toile  qu’il en doit des explications au peuple.

«Aujourd’hui l’heure est grave. Le pays crie au secours. Les caisses sont vides(…). Les Congolais ont le droit de s’interroger pour savoir où est passé l’argent du pays et Vous – @fatshi13 – avez le devoir de répondre à leur question », a twitté le directeur de cabinet de l’ancien gouverneur de l’ancienne province du Katanga.

En sa qualité de chef de l’Etat, le président Felix Tshisekedi doit endosser les différents disfonctionnement observé dans la gestion de la chose publique. Et cette situation est sans nul doute l’une de celles qui feront plus de mal pendant les premiers jours de la gestion de Felix Tshisekedi.

Tout est parti d’une lettre anonyme, postée dans la soirée de jeudi 31 janvier 2019 sur les réseaux sociaux, faisant état des sacs de billets de banque qui auraient été retirés de la BCC par Albert Yuma, le responsable de la GECAMINES, les acheminant au domicile du président Joseph Kabila.

Si cette correspondance dont l’identité de l’auteur reste un mystère peut paraître sans fondement légitime sans importance légale, elle servira tout de même aux détracteurs de Felix Tshisekedi d’actionner une dynamite de critique à son égard.

En vertu de sa promesse de mettre en place un Etat de droit, le président Tshisekedi fera mieux de faire un état de lieu de cette institution [la Banque Centrale du Congo] afin de rassurer ses compatriote que le sérieux dont il jusqu’ici fait montre ne souffrira d’aucun subjectivisme.

John Achiza

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )