ActualitéPolitiqueSociétéUncategorized

Sud-Kivu: le professeur Jean Jacques Purusi parle des défis et solutions pour le prochain Gouverneur

Conserver  la paix et la sécurité au Sud-Kivu, c’est  la  plus grande priorité de la province  pour relever le défi de la gouvernance. C’est ce que pense le professeur Jean Jacques Purusi Sadiki, dans une interview accordée à Laprunellerdc. info et à la radio Maendeleo de Bukavu ce Vendredi 1 février 2019.

Dans cet entretien, le prof Purusi énumère les défis auxquels il faut faire face pour aboutir à un changement en province. Pour lui, la paix et la sécurité sont les principaux  défis pour les nouveaux dirigeants de ce Pays. Il rappelle que pendant  38 ans, sous le régime de Mubutu, le Zaïre ne pouvait pas être attaqué par n’importe quel pays. La circulation était aussi possible même dans les heures tardives, ce qui n’est pas le cas, aujourd’hui, dit-il.

«Mobutu avait maintenu la paix et la sécurité sur toute l’étendue du territoire national. Il était un inconcevable qu’un pays voisin quel qu’il soit vienne nous agresser. On était Zaïrois et on était  fier …  La paix et la sécurité est le principal défi, le deuxième est le défi lié  aux infrastructures. Il y a un problème très sérieux des infrastructures ici. Les routes sont vraiment catastrophiques. Il y a une terrible dégradation du réseau routier. Là, c’est un grand problème lorsque les voies de communication sont totalement inopérationnelles en dépit des intellectuels qui gèrent nos provinces. Il y a de quoi se poser la question » regrette le professeur Purusi en insistant aussi sur les infrastructures des base telles les écoles, les ponts, les aéroports….

Outre, le défi lié à la paix et la sécurité, ce professeur évoque la question des droits de l’homme parmi les défis majeurs.

«Le dernier défi  que je pourrais évoqué c’est le défi des droits de l’homme. C’est à dire les droits civils et politiques, les droits à l’alimentation, à l’eau potable, à circuler librement, à parler librement, à être ce qu’on veut être et pas ce que les autres veulent qu’on soit.»

Ces grandes problématiques demeurent parce que la province n’a pas encore eu des hommes et femmes qu’il faut aux places qu’il faut, pense-t-il.

Si on lui demandait de se présenter pour diriger la province du Sud-Kivu, le professeur Purusi a déjà une des remèdes : « parmi les solutions qu’on doit proposer, il y a d’abord la lutte contre la corruption. Pour ce qui est de la paix et la sécurité, la population continue à être victime des graves problèmes aujourd’hui, quelqu’un qui a de l’expérience s’il dirige notre province, il peut s’appuyer sur les partenaires internationaux et nationaux  qui sont opérationnels ici. Je parle des structures comme la Monusco,… Si on est malin on doit devoir être capable de préparer un programme et un timing bien précis, cibler des zones bien appropriées où règne l’insécurité et mettre la Monusco correctement au travail et l’accompagner. Donner les moyens aux forces de défense et de sécurité, améliorer le niveau de vie de nos soldats, policiers, et agents de renseignement. Pour ce qui est de l’infrastructure ? si on exploite correctement et stratégiquement nos ressources naturelles et humaines on peut y arriver » atterrit le professeur Purusi.

Notons que le professeur Purusi est Docteur en Sciences Politiques, spécialiste en Droit international des droits de l’homme et en Droit international humanitaire de l’université de Gand en Belgique, il est diplômé de l’Université Libre de Bruxelles et de l’ISP Bukavu.

De 1994 à décembre 2018 il a servi en qualité de fonctionnaire  des Nations Unies sur les questions des droits de l’Homme, la Prévention des conflits, la paix et la sécurité, la conception, la gestion et l’évaluation des Grands projets dans un contexte de reconstruction post conflits, expert en mobilisation des partenaires, des milieux d’affaires et des bailleurs de fonds à la CIRGL au Burundi,  à l’ONU (Minusca en RCA, MINUL au Libéria, au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’homme au Soudan, Burundi, Liberia….mais aussi à l’Unifem au Sénégal, Haïti ou encore au Centre de désarmement de l’ONU au Togo.

Le Professeur Purusi a enseigné à l’ISP, UEA et à l’UCB dans la ville de Bukavu. ancien Administrateur du Programme National d’appui à la Protection Sociale en RDC, il est co-créateur l’Université du Cinquantenaire à Lwiro…il a par ailleurs été Directeur Général du Centre de Recherches en Sciences Naturelles de Lwiro.

Eric Shukrani

 

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer