ActualitéSociétéUncategorized

Kabare: fin de la foire d’idées organisée par la CDJP en faveur des femmes et personnes marginalisées à Birava

La Foire d’Idées organisée par la Commission Diocésaine Justice et Paix (CDJP/Bukavu) s’est clôturée ce mardi 12 mars 2019 dans le groupement de Lugendo, Birava en territoire de Kabare.

Près de 100 personnes y compris des femmes et autres personnes marginalisées demandent à la Commission Diocésaine Justice et Paix de mener des plaidoyers  auprès des partenaires afin que les activités organisées dans le cadre du projet SPR « Amani Kwa Maendeleo » depuis plus de 9 mois se poursuivent.

Cette activité a réuni des filles-mères, des femmes marginalisées des personnes vivant avec handicap de cette partie de la province du Sud-Kivu et avait entre autre objectif de renforcer la cohésion sociale et l’autonomisation de la femme dans le milieu.

Selon Théodore Bahimba de la CDJP qui a supervisé l’activité à Birava, il s’agissait pour ces femmes et membres des groupes marginalisés de présenter des résultats ou les succès de ce qu’ils ont fait de leur formation en coupe et couture par exemple, dans l’agriculture mais aussi dans les associations villageoises d’épargne et de crédit et l’élevage et pour qu’à partir des actions de leur réussite, ils partagent des difficultés et voir s’il est possible que les solutions soient trouvées par des prestataires publics ou privés, des chefs coutumiers afin de pérenniser les actions et d’améliorer le relèvement communautaire de ces femmes et autres personnes des groupes marginalisés.

En clair, pendant les deux jours, les participants à cette foire d’idées ont exposé les produits de leur travail de depuis plusieurs mois. Il s’agit par exemple des habits par celles encadrées en coupe et couture, divers produits champêtres pour ceux qui pris le chemin de  l’agriculture ou encore des bétails pour ceux et celles qui ont choisi l’élevage.

Des femmes sur les machines à coudre à Lugendo

Le chef de groupement Lugendo a dit qu’il était le plus heureux par rapport à ce projet qui a fait du bien à plusieurs habitants de son entité.

Denis Ntakwindja Mubale, plaide pour que les bénéficiaires de ce projet puissent apprendre aux autres groupes pour que cela soit bénéfique à une large partie de la communauté et que les acquis soient pérennisés.

Aux organisateurs, le chef de groupement souhaite également la poursuite des contacts avec d’autres partenaires afin que ce projet se poursuive dans son entité.

Ces activités ont été possibles grâce à l’appui financier du peuple américain via USAID à travers les organisations IRC, MSI et International Alert.

Adonis Lubambo

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer