ActualitéPolitiqueUncategorized

Amato Bayubasire: «tout en félicitant le doyen Mamboleo élu sénateur UNC, je partage la colère de notre base, nos élus provinciaux auraient dû faire mieux »

Les réactions ne cessent d’être enregistrées après les élections sénatoriales de ce vendredi 15 mars 2019. Indignation par exemple à l’UNC, le parti de Vital Kamerhe au Sud-Kivu qui n’a obtenu in extremis qu’un siège après le décompte de toutes les voix de la liste.

Pour le député national UNC Amato Bayubasire, les élections sénatoriales qui viennent de se dérouler attestent à une certaine mesure, la corruption décriée bien avant par nombreux acteurs y compris le Procureur Général de la République.

« Au Sud-Kivu, l’on ne pourrait s’imaginer que notre parti ait un seul siège, repêché légalement au sauvetage. Ce comportement est à condamner dans le chef de nos élus. Quand l’on examine le nombre de suffrages exprimés sur les deux listes UNC et alliés, l’on compte 7 voix contre 9 attendues. Où sont allées les deux autres? La question aussi pour les analystes politiques que nous sommes, est ce que le doyen Mamboleo n’a pas mobilisé en dehors du parti? C’est plus sûr. À cette hypothèse, nous aurions perdu 4 voix Unc au lieu de les capitaliser. Tout en félicitant le Doyen Mamboleo élu sénateur UNC, je partage la colère de notre base, nos élus provinciaux auraient dû faire mieux », réagit à Laprunellerdc.info, le député Amato Bayubasire.

Élu de la circonscription de Walungu, Bayubasire Mirindi interpelle d’abord les élus UNC de son territoire qui pouvait, dit-il,  décrocher un siège. Il fustige par ailleurs le comportement des alliés qui en profitent pour fragiliser son parti.

«D’interpeller les élus provinciaux de ma circonscription électorale, le Walungu qui fait aujourd’hui la queue du positionnement politique en RDC alors que certains n’hésitent pas à tirer à boulets rouge sur nos leaders. UNC/Walungu  avec ses trois élus  avait la possibilité de décrocher un siège au Sénat, dommage. Nos fameux alliés aussi ne nous facilitent pas la tâche, ils en profitent d’ailleurs pour nous fragiliser. Comment comprendre, que pour l’élection du bureau de l’Assemblée provinciale, un de nos élus ait été soutenu par une main noire contre notre candidat mandaté par le parti? C’est cette main noire suspectée qui fait plus des voix que  le nombre de députés de son parti. En 2023, nous devrions examiner cet aspect dans l’alignement des candidats»

Pour rappel, les élections sénatoriales ont eu lieu ce 15 mars 2019 en RDC. Le FCC a une majorité écrasante sur l’étendue de la république. 

Jean-Luc M.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer