ActualitéEconomiePolitiqueSociétéUncategorized

Idjwi : des jeunes veulent voir clair dans la gestion des biens octroyés au territoire depuis 1996

Des jeunes d’Idjwi montent au créneau et disent être prêts à l’identification de tous les biens octroyés au territoire d’Idjwi depuis 1996-2006-2018 par le gouvernement et voir quel est le degré de satisfaction de la population.

A cet effet, une tribune d’expression populaire est prévue dans quelques jours, c’est-à-dire le 25 mai 2019. L’activité sera lancée au marché de Kashofu.

Cette activité est organisée par les jeunes des mouvements citoyens lucha, le DEC (Droits, Environnement et Citoyenneté) asbl, précise Emmanuel Ndimwiza, militant de la LUCHA.

« C’est une affaire qui fait débat il y a des années mais par honte et peur tout le monde se cache le visage. Après études sur terrain nous venons de briser la peur. Ici nous avions identifié quelques éléments dont: la rétrocession, les canots rapides, les tracteurs, l’argent de construction des prisons, les ambulances, l’argent des soins de santé primaires, les fournitures scolaires, le bac, les semences améliorées, l’argent d’épauler les familles qui ont perdu par noyade des jeunes en 1996 lors de l’afdl, Les tôles destinés aux sinistrés de l’ouragan et d’autres » explique-t-il.

Ces jeunes envisagent donc une tribune populaire dans chaque groupement d’Idjwi pour éclairer l’opinion.

«Ces biens seraient détournés par tous les anciens députés, les bamis (chefs des chefferies), les anciens ministres pour avoir gardé le silence devant l’intérêt général du peuple.Plus jamais comme avant. La commission est en marche déjà » disent ces jeunes.

Objectifs de l’audit citoyen: Avoir des citoyens mieux informés sur la gestion de la chose publique

«Notre objectif c’est  avoir des citoyens mieux informés sur la gestion de la chose publique, qui sont capables de demander de comptes aux gouvernants (en vertu du principe de la redevabilité) » affirme Freddy Endelea Mwambusa, membre de l’organisation «Œil du ¨Peuple».

Suite à ces consultations via les tribunes d’expression populaire, il résulte que les citoyens perçoivent l’agglomération comme une institution « non-participative », disent nos interlocuteurs. 

«DEC (droits, environnement et citoyenneté) asbl voudrait alors voir l’ouverture des commissions thématiques aux acteurs de la société civile pour rectifier le tir. 

Des citoyens qui demandent aussi des informations plus accessibles avec la retransmission en direct sur internet des séances des instances délibérantes, et la diffusion à tous les foyers de la revue d’informations ».

De son côté, Elimu Cabwene membre de l’asbl Droits, Environnement et Citoyenneté (DEC asbl) a écouté avec attention la présentation de l’audit. « Pensez bien, on me demande de laisser une de mes fonctions » a-t-il plaisanté pour l’audit citoyen.

Le document sera tout de même étudié avec tous les conseillers communautaires, a-t-il certifié dans la foulée, avant de rendre un hommage à la plateforme DEC. Et de rappeler son travail de « cellule Œil du peuple » pour le territoire d’Idjwi, en la qualifiant d’un humour bienveillant de « gardien du temple ».

La date fixe est fixée au jeudi 25 mai au marché port de Kashofu, qui sera le jour du lancement de l’activité avec tous ces mouvements de jeunes d’Idjwi, affirme Emmanuel Ndimwiza.

Pendant ce temps, ils annoncent qu’un monument sera érigé en mémoire de ces jeunes disparus dans le naufrage de 1996 lors de l’AFDL.

Éric Shukrani

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer