ActualitéPolitiqueSantéSociétéUncategorized

RDC : après deux jours de sit-in, le personnel national de la Monusco en «congé médical non certifié »

Après deux journées de Sit-in organisées la semaine dernière partout à travers le pays dans les quartiers généraux de la Monusco, le personnel national de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo est à sa deuxième journée de congé médical non certifié conformément au règlement du personnel de l’ONU.

Ce congé a commencé ce mardi 15 mai et se déroule partout dans les Quartiers Généraux de la MONUSCO à travers le pays.

Ce personnel national congolais exprime ainsi son indignation en rapport avec leurs revendications contenues dans la pétition adressée au secrétaire général des Nations-Unies depuis le 24 avril dernier.

Jusqu’à ce jour, la réponse de l’autorité onusienne se fait toujours attendre pendant que le processus budgétaire continue à violer la résolution 2463, expliquent ces agents.

D’après le président du staff national de la Monusco, Éric-Blanchard Jibikila, cette résolution 2463 n’exige aucune abolition de 564 postes. « Elle a plutôt décidé du maintien des effectifs actuels jusqu’à la présentation de la nouvelle revue stratégie de la mission en concertation avec les nouvelles autorités du pays en Octobre 2019 prochain ».

L’issue de cette rencontre permettra au conseil de sécurité de décider du format à donner à la Monusco, précise la même source.

Le personnel national congolais estime que pour répondre à la réduction des postes, la Monusco aurait dû favoriser  la nationalisation des postes en libérant les postes internationaux budgétaires.

À Uvira, à Baraka dans le territoire de Fizi, à Sange dans la plaine de la Ruzizi, à Kamanyola dans le territoire de Walungu ainsi qu’à Minembwe dans les hauts plateaux, dans le sud de la province du Sud-Kivu, les quartiers généraux de la Monusco ainsi que les bases opérationnelles des casques bleus ont ressemblé à des fantômes, aucune activité n’était visible.

Tout a tourné au ralenti. Le personnel national congolais de la MONUSCO insiste, persiste et signe : À défaut de répondre à leur revendication, il demande le paiement des indemnités comme en 2014 et 2017. Car, souligne-t-il, «les congolais affectés cette année par cette réduction des effectifs ne le sont pas moins que ceux dont les contrats avaient été suspendus en 2014 et en 2017 dans des conditions similaires ».

Ghislain Bafunyemabaka

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer