ActualitéPolitiqueSécuritéSociétéUncategorized

Suspension des embarcations en bois sur le lac Kivu : la décision «irréfléchie » du ministère de Transcom ?

Au Sud-Kivu, la mesure du ministère du Transport et Voies de Communication suspendant la navigation des embarcations en bois sur le lac Kivu après des derniers naufrages suscitent un tollé chez plusieurs habitants et acteurs de la Société Civile des territoires d’Idjwi et Kalehe.

En clair : c’est la colère et l’indignation face à une mesure qualifiée d «irréfléchie » par plusieurs habitants.

«Décision non réfléchie de Madame.  Ce transport  c’est un gagne -pain. Quelles sont les garanties accordées à ces gens pour continuer à vivre ? On ne peut sortir d’une île qu’à bord d’une pirogue motorisée ou d’un bateau.  Utilisons les aptitudes que nous avons tous pour sortir de ce fléau et non nous donner une piste qui va maintenant  nous conduire dans le pire.  Qu’à deviendra-t-il pour les habitants  des îles d’ Iko, Ishovu, Ihoko, Ibinja, Tcheya qui n’espèrent jamais trouver la grâce  du gouvernement  de mettre un bateau sur ces îles ?   Il faut que cette décision soit abrogée ou trouvée de particularité » dit Parfait Aksanti Mirindi,  Président de la CEREKA au Sud-Kivu.

Même indignation pour l’ancien député Provincial Mushekuru. Il demande carrément au Gouvernement Congolais de mettre à la disposition de ces riverains, des bateaux et/ou des bacs modernes pour faciliter le transport avant pareille mesure.

«Suspendre le voyage des personnes à bord d’une pirogue n’a pas de sens. Le gouvernement ne fait rien pour les riverains Bahavu.  Combien coûte ou un bac pour Kalehe, Mukwidja ,Kasunyu , Minova,  île d’Idjwi pour un gouvernement congolais sans, oublier la route Bukavu-Goma ?   Le bateau Karisimbi ne servira pas tous les riverains au même moment. Le lac n’est pas comme la route. Nos responsables de service transport et communication aussi  ne travaillent pas comme il faut également» dit l’ancien député provincial de Kalehe, Mushekuru, qui demande à l’Etat congolais d’adopter les appareils signalisation des vagues avant que chaque pirogue ne jette l’ancre.

«Les attributs de la décision de son excellence la ministre ne sont pas définis. Nous lui demandons de retirer sa décision avant le gouvernement Ngwabidje de crainte qu’elle ne soit pas poursuivie par les navigateurs. Ce ne sont pas seulement les pirogues motorisées qui font les naufrages. Vous ne verrez aucun passager de nos bateaux avec un gilet de sauvetage. Que dira le gouvernement quand ce sera leur tour?», propose un internaute insulaire qui recommande que des gilets de sauvetage dans chaque famille.

En un mot comme en mille, tous les intervenants estiment que les habitants riverains du Lac Kivu seront dans l’impossibilité de respecter cette mesure alors que même pour se rendre dans des villages et/ou îlots voisins, ils sont obligés de monter à bord des pirogues.

Toutefois, la décision des autorités a reçu également des soutiens au sein de l’opinion publique, lacée d’apprendre des naufrages au quotidien.

«La décision du ministre est à féliciter car les insulaires ne comprennent pas que la vie humaine est sacrée. Qu’ils mettent toutes les batteries sécuritaires en marche avant de reprendre leur boulot. Ils doivent aussi comprendre que les personnes ne doivent pas être mélangées avec les biens » soutient par contre cet autre habitant.

L’Etat sera-t-il capable de mettre à leur disposition des engins pour relier quotidiennement ces villages, ces îlots comme c’est le cas tous les jours et toutes les heures ?  C’est la plus grande question pour l’instant.

Pour rappel, la ministre provinciale de Transport et voies de Communication au Sud-Kivu a décidé de suspendre la navigation de toute embarcation motorisée en bois sur le lac Kivu en attendant l’enregistrement et l’identification des pirogues qui devraient poursuivre la navette sur les eaux du Lac Kivu.

Une décision annoncée ce mercredi 15 mai 2019 à Bukavu à l’issue d’une rencontre tenue entre la ministre de tutelle et les armateurs sur le lac Kivu.

Il s’agissait de réfléchir sur la situation de Kalehe et la gestion des eaux du Lac Kivu après 3 naufrages en moins d’un mois sur le littoral de Kalehe.

Jean-Luc M.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer