Bukavu : «la femme n’a pas été créée pour mourir de la grossesse » (Pasteur Kwabene)

Si les Églises congolaises considèrent l’avortement comme un péché, certains pasteurs admettent qu’il y a des circonstances dans lesquelles l’avortement devrait être autorisé. C’est le cas d’Elisha Kwabene [nom d’emprunt], pasteur d’une église locale de la 5ème Communauté des Églises Libres des Pentecôtes en Afrique (CELPA), dans la ville de Bukavu.

Lors d’une interview accordée à Laprunellerdc.info ce 24 mai 2019, tout en indiquant que l’avortement est un péché, le pasteur Kwabene reconnaît néanmoins que celui-ci peut être autorisé dans certaines circonstances.

« Bibliquement l’avortement est un péché, mais si une grossesse met en danger la vie de la mère, l’avorter ne peux être considéré comme du péché. Le péché c’est poser un acte qui est contre la volonté de Dieu. Si Dieu autorise qu’une femme mariée tombe enceinte donc cela entre dans sa volonté. Si une fois cette grossesse devient un danger pour la vie de la femme et risque de la tuer, ça ce n’est plus la volonté de Dieu car Dieu ne peut pas souhaiter un malheur à son enfant. La femme n’a pas été créée pour mourir par la grossesse », a-t-il dit.

« Une mère n’est pas Jésus pour qu’elle meurt pour les hommes. Seul Jésus  est venu mourir pour  les hommes et pas quelqu’un d’autre », a-t-il renchérit.

La déclaration du pasteur Elisha vient rencontrer la philosophie du protocole de Maputo qui n’autorise l’avortement que dans certaines conditions.

Le protocole de Maputo en son article 14 alinéa 2 « protège les droits productifs des femmes, particulièrement en autorisant l’avortement médicalisé, en cas d’agression sexuelle, de viol, d’inceste et lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou la vie de la mère ou du fœtus ».

Thomas Uzima

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )