ActualitéJusticePolitiqueSécuritéSociétéUncategorized

Bukavu: un député menace de porter plainte contre le gouvernorat du Sud-Kivu après une affaire d’agression par des manifestants

Homer Bulakali, député provincial de la circonscription électorale ville de Bukavu accuse le gouvernorat de la province du Sud-Kivu de l’avoir sacrifié entre les mains des manifestants qui étaient prêts à le lapider et envisage même déposer une plainte contre le gouvernorat pour ce fait.

Au cours d’un entretien avec la presse au cours de la semaine, Homer Bulakali raconte qu’il a été pris en otage au niveau de terrain de Funu de Bukavu et tabassé par un groupe des personnes. A la base, dit-il, des jeunes qui manifestaient pour réclamer le partage équitable des postes entre les regroupement politique FCC-Cach et qui exigeaient aussi la matérialisation des promesses tenues par le président Felix Tshisekedi lors de la campagne électorale ; parmi lesquelles, celle de placer vital Kamerhe leader de l’UNC à la tête du gouvernement national .   

«C’était une foule triste, une foule en colère qui manifestait et j’étais juste de passage, un passage de routine et elle a sauté sur moi. Mais dans les revendications ils disent que je suis venu battre campagne pour le président Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe dans la ville de Bukavu et que je devrais endosser toutes les promesses faites. Raison pour laquelle l’insatisfaction de la population a fait que la colère qui devrait être manifestée devant le chef de l’Etat et son Dircab serait tombée sur moi. Une foule d’environs 300 personnes qui avaient déjà barricadé et qui m’a pris, j’ai eu des coups, mes habits ont été déchirés.  Tout ce que j’avais a été emporté et puis elle m’a escorté jusqu’au niveau du gouvernorat comme monnaie d’échange je pense, pour qu’ils puissent avoir l’objet de leur revendication.  Je n’ai eu la vie sauve que par l’occasion de fuite où je me suis réfugié au palais de la justice.’’ témoigne Homer Bulakali.

Cet élu du peuple dit ne pas comprendre comment le Directeur de cabinet du Gouverneur de la province qui devrait le libérer de cette foule en colère, lui a abandonné en lui livrant même entre les mains de ces manifestants qui étaient prêts à le lapider.  Ainsi il menace de porter plainte contre le gouvernorat.

«La première des choses est que je ne suis pas satisfait par la  façon dont le gouvernorat a traité la question. Parce que le Directeur de cabinet du Gouverneur est arrivé à la rencontre de la population triste pendant que j’étais en otage. La question épineuse est qu’il a demandé d’abord j’étais  de quel parti politique et comme j’ai répondu que j’étais député de l’UNC tout de suite il a abandonné, il a dit à la population de faire ce qu’elle voulait. Ça c’est une injustice d’abord et je pense que je dois attaquer le gouvernorat de province parce que ma sécurité c’est leur travail…J’attends parler avec mon président en lui disant que je veux entamer une procédure judiciaire contre le gouvernement provincial parce que c’est inacceptable que le gouvernement de province puisse abandonner un député entre les mains d’une foule en colère. C’est comme donner l’autorisation de lapider quelqu’un » a-t-il ajouté.

Toutes nos tentatives pour avoir une version du Directeur de Cabinet du Gouverneur du Sud-Kivu n’ont pas toujours abouti.

Mais une source au gouvernorat parle d’une mise en scène du député provincial. « Une mise en scène habituelle d’un député qui aime faire le buzz » commente un membre du cabinet du Gouverneur. 

Le député Homer est aussi l’initiateur de la pétition demandant la dissolution des assemblées provinciales et celle nationale pour cause de corruption. Une pétition adressée au chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo et qui circule déjà dans plus de deux provinces,selon son initiateur. 

Ibag Bagenda

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer