ActualitéSantéSociétéUncategorized

RDC : « le Congo est aujourd’hui le troisième plus grand réservoir des pauvres au monde » (Jean-Christophe Carret)

Le directeur de la Banque mondiale en RDC, Jean-Christophe Carret,  a annoncé ce 10 juin sur RFI que son institution venait d’allouer  500 millions de dollars à un programme destiné à lutter contre la malnutrition.

 «C’est le plus grand projet jamais réalisé par la Banque mondiale dans le domaine de la malnutrition » a-t-il dit.

Pour lui la malnutrition est l’un des principaux problèmes de développement du pays : « en RDC on a aujourd’hui un peu plus de 40% d’enfants qui souffrent de retard de croissance et quand on souffre dans son enfance d’un retard de croissance ça ne permet pas quand on devient adulte de réaliser son potentiel productif. » déclare-t-il.

La malnutrition est à la base des décès maternels avec des effets sur la population.

« 50% d’enfants qui décèdent entre 0 et 5 ans en RDC est dû à la malnutrition. Même si on est toujours en train de vérifier, il semblerait qu’il y a un lien entre les enfants qui quitte l’école avant la fin du cycle secondaire et la malnutrition.» a-t-il reconnu.

Selon le rapport de la Banque mondiale, le taux élevé de la malnutrition est lié à la pauvreté.  Environs 70% de la population en RDC est pauvre.

« Le Congo est aujourd’hui le troisième plus grand réservoir des pauvres au monde après l’Inde et le Nigeria. Et contrairement à l’Inde, c’est un pays où le nombre des pauvres s’accroit chaque année. Donc aujourd’hui on a à peu près 60 millions de pauvres en RDC, et par rapport à l’année dernière, il y a 1,5 million de pauvres de plus que l’an dernier. Là aussi, c’est une bombe à retardement. » a-t-il indiqué.

Cette situation conduit le pays à ne pas traduire une partie de sa croissance en réduction de la pauvreté même s’il  a une croissance économique.

Le projet de la banque mondiale trouve alors son sens par le fait que la malnutrition est l’un des principaux problèmes de développement en RDC comme l’indique le responsable pays de la Banque mondiale.

« On pense, avec ce projet qui va concerner quatre provinces, aider 2,5 millions d’enfants et 1,5 million de mères à ne pas souffrir de malnutrition. On touche un quart de la population  d’enfants malnutris. Cela veut dire à mon avis que les enjeux de développement en RDC sont gigantesques, parce que quand on arrive avec le plus grand projet jamais réalisé et qu’on peut seulement s’occuper d’un quart de la population d’enfants qui souffrent de ce problème, cela montre l’ampleur de l’enjeu. » a-t-il dit.

Plusieurs études  montrent qu’un dollar investi dans l’amélioration de la nutrition produit 11 dollars de bénéfice. Ce qui amène le président de la Banque mondiale en RDC de dire « qu’il ne suffit pas d’investir dans les infrastructures, il faut aussi investir dans le capital humain ».

Thomas Uzima

 

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer