ActualitéSanté

RDC : avec plus de 1.500 décès en 5 mois, l’épidémie de rougeole est déclarée

Le ministre congolais de la santé, Oly Ilunga, a déclaré l’épidémie de rougeole sur l’étendue nationale dans un communiqué rendu public ce 10 juin.

«Cette situation est d’autant plus inquiétante, car elle représente une augmentation de plus de 700%, comparée à la situation épidémiologique pour la même période en 2018», indique M. Kalenga, qui encourage les parents à faire vacciner leurs enfants.

Dans ce communiqué, il indique que Le pays fait déjà face à une épidémie d’Ebola depuis le 1er août avec  2019, 87’000 cas suspects enregistrés dont 677 cas confirmés répartis dans 23 provinces.

«Du 19 au 23 avril 2019, 2’247’240 enfants de 6 à 59 mois ont été vaccinés contre la rougeole dans 63 zones de santé. Une seconde campagne de vaccination de masse ciblant 1’435’314 enfants de 6 à 59 mois sera lancée dans les prochains jours dans 39 zones de santé». «Afin d’interrompre définitivement la chaîne de transmission de la rougeole et éviter les épidémies dans le futur, au moins 95% de la population doit être immunisée», indique le ministre.

MSF appelle à une mobilisation massive

Médecins Sans Frontières (MSF) appelle l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux à une mobilisation massive pour vacciner plus d’enfants et soigner les patients affectés par la maladie.

« Les équipes de MSF en collaboration avec les équipes du Ministère de la Santé, mettent tout en œuvre pour couper la chaîne de transmission de la maladie en offrant une vaccination de riposte à des populations dès que des cas de rougeole sont rapportés et en soignant les patients affectés. Mais au vu de l’ampleur de l’épidémie, outre les efforts déjà menés ces derniers mois, davantage de moyens et d’acteurs sont requis. Assurer l’approvisionnement en vaccins et médicaments s’impose au plus vite », explique Rachel Séguin, Coordinatrice Médicale de Médecins Sans Frontières en RDC.

Résurgence plus meurtrière que celle de 2011-2012

L’épidémie de rougeole qui frappe la République Démocratique du Congo (RDC) risque d’être la plus meurtrière depuis sa forte résurgence dans le pays en 2011-2012. Au cours des cinq premiers mois de 2019, plus de 1.500 décès liés à la rougeole ont été officiellement comptabilisés, soit près des ¾ du nombre total de décès enregistrés sur toute l’année 2012 lors de l’épidémie la plus mortelle de cette dernière décennie.

La rougeole touche principalement les enfants. En RDC, plusieurs facteurs expliquent sa récurrence parmi lesquels la faible couverture vaccinale ; l’approvisionnement irrégulier – voire les ruptures de stocks – en vaccins ; un système de surveillance affaibli ; des moyens logistiques limités mettant à mal la chaîne de froid ; des conflits armés et des déplacements qui paralysent le système sanitaire de certaines zones ; ou encore un problème d’accès financier ou géographique aux structures de soins. 

Depuis le début de l’année, Médecins Sans Frontières combat l’épidémie de rougeole aux côtés des équipes locales du Ministère de la Santé dans dix provinces du pays : Haut-Lomami, Lualaba, Tanganyika, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Tshopo, Kasaï, Kasaï Central, Haut-Uélé, et Ituri. Mais face à l’ampleur de l’épidémie, MSF renforce ses moyens de lutte et déploie des équipes dans de nouvelles zones de santé afin d’y lutter contre la propagation de l’épidémie.

« Les facteurs entraînant la résurgence de la rougeole sont nombreux, mais vu la récurrence de la maladie, il est vital qu’un système d’approvisionnement stable des vaccins soit assuré dans le pays. Plusieurs programmes sont prévus pour augmenter la couverture vaccinale plus tard dans l’année mais dans l’immédiat, il est urgent de contenir l’impact de l’épidémie pour sauver un maximum de vies en assurant la vaccination des enfants et la prise en charge gratuite des patients affectés avec des stratégies ciblées et flexibles selon l’évolution de l’épidémie dans chaque zone de santé», conclut Dr. Ousmane Moussa, Chef de Mission de Médecins sans Frontières.

La rougeole est une maladie virale extrêmement contagieuse pour laquelle aucun traitement n’existe. Le seul moyen de lutter contre cette maladie est la vaccination.  En 2019, les équipes MSF ont vacciné 361.079 enfants et assuré la prise en charge médicale de 14.785 patients.

Thomas Uzima

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer