ActualitéPolitiqueSécuritéSociétéUncategorized

Kinshasa: une semaine de plaidoyer pour les Cadres de concertation du Nord et du Sud-Kivu

Les Cadres de Concertation des deux provinces, Nord et Sud-Kivu séjournent depuis une semaine dans la capitale  Kinshasa pour un travail de plaidoyer pour la paix dans leurs provinces.

La délégation était composée des plusieurs catégories et couches sociales dont les jeunes, les personnes vivant avec handicap, les chefs coutumiers, le peuple autochtone pygmée, les femmes ainsi que des professeurs.

Selon l’avocat Patient Bashombe, Président de la société civile et modérateur du cadre provincial de plaidoyer pour la paix du Sud-Kivu,  chef de la délégation, il faut que la paix règne désormais à l’Est et que ça soit l’affaire de tous.

« Nous sommes venus pour la paix, nous réclamons la paix dans nos deux provinces. La question de Beni est devenue une énigme et ce qui se passe à Bijombo dans le territoire de Fizi est inadmissible. Nous pensons vraiment que tous ces mouvements des FDLR dans Kalehe n’amènent pas la quiétude au peuple et nous devons agir » dit-il.

Pendant cinq jours, la délégation des sociétés civiles du Nord et du Sud-Kivu ont axé leur plaidoyer sur la question de l’Est, la participation politique de la femme ainsi que l’accès des personnes marginalisées aux instances de prise de décision.

Plusieurs personnalités politiques et sociales, organisations régionales  et internationales ont été rencontrées pour la cause.

Chacune d’elles a promis de s’impliquer pour qu’il y ait désormais la paix à Beni particulièrement et partout où ça semble ne pas aller dans les deux provinces précitées.

C’est le cas avec la Commission internationale pour la médiation électorale (CIME) qui a estimé que la question de paix à Beni et à l’Est en général n’est plus qu’une priorité mais une urgence. Elle a donc promis de se déployer sur terrain pour rechercher les voies et moyens pour la paix durable.

Madame Catherine Samba Panza, Présidente honoraire de la République Centrafricaine a quant à elle promis d’user de sa marge de manœuvre pour que la femme congolaise soit au centre du développement du pays. En s’appesantissant sur la question de la femme, Madame Catherine a reconnu la vulnérabilité de la femme dans les conflits d’où la lutte pour la paix doit être intensifiée, urgente et ainsi intéresser tout le monde.

Pour les députés nationaux de deux provinces, il était désormais temps que tous, société civile et députés nationaux se mettent  pour trouver ensemble des solutions durables pour la paix. C’est dans ce cadre qu’un cadre permanent de concertation entre députés et société civile a été mis en place pour ainsi suivre de près toutes les actions desdits députés en faveur de la population.

Les recommandations ont ainsi été faites aux différentes cibles rencontrées par la délégation des deux Cadres entre autres.

« Restaurer la sécurité par le déploiement des militaires et policiers dans les zones ou la présence de l’Etat est nécessaire et assurer une permutation des responsables militaires et policières, aider à l’éradication des groupes armés et contribuer à résoudre le plus grand problème économique » plaident les cadres de Concertation.

Cette semaine de plaidoyer a été clôturée par un forum sur la paix et la cohésion sociale tenue à Kinshasa ce jeudi 13 juin 2019 à l’hôtel du fleuve Congo. Plusieurs députés du Nord et Sud-Kivu étaient au rendez-vous et ont promis leur implication pour que la paix règne désormais.

Ces mêmes fora ont aussi été organisés à Bukavu et à Goma il y a de cela plusieurs mois déjà.

Cette action est accompagnée par l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) soutient ces cadres de concertation provinciaux pour la paix.

Jean-Luc M.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer