Sud-Kivu: le Pprd ,un bien sans maître?

Qui de Madeleine Menge et de Marcellin Cishambo continue à diriger le parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie au Sud-Kivu ? Le secrétariat général de ce parti de la majorité avait préféré  hisser Marcellin Cishambo à la tête du PPRD au Sud-Kivu écartant par la même occasion Alain Ntambuka de l’aile Wazalendo. Mais Henri Mova Sakanyi “oublia” de changer la totalité du comité fédéral.

Une seule personne sur la nomination contrairement aux habitudes. Il laisse donc de facto tous les anciens animateurs qu’il n’a pas remplacé dont nombreux ont déjà formé l’aile Wazalendo qui  refusent de diriger avec le secrétaire exécutif provincial nouvellement nommé  pour protester contre sa politique dans la direction de la province.

En clair, seul Marcellin Cishambo est officiellement dans le comité fédéral ; les autres cadres de son obédience parlent au nom du parti mais sans véritable mandat. A l’aile Wazalendo, la suite du comité qui faisait route avec Alain Ntambuka ne démissionne pas mais observe de loin les actions de leurs camarades. Seul Bernard Zagabe proteste et écrit une lettre au secrétariat du PPRD pour dire qu’il n’est pas prêt à travailler avec Cishambo et démissionne par la même occasion à la tête de la ligue des jeunes en province. « Une démission dont a jamais pris acte » se défend Zagabe qui continue toujours désormais à se reconnaître comme le seul président de la ligue des jeunes du Pprd en province. Il se heurte toujours devant la résistance d’Eric Kabala ,le chargé des missions au Gouvernorat qui se dit aussi seul président de la ligue des jeunes de la majorité et du Pprd au Sud-Kivu .

Mais bien voilà ! Plusieurs mois après, le gouverneur du Sud-Kivu est rappelé à Kinshasa et les élections des gouverneurs sont prévues pour fin Août prochain. Le départ de Marcellin Cishambo crée alors une autre équation : Qui dirige le PPRD ?

Sur la liste de l’ancien secrétaire général, Evariste Boshab , c’est bien Madeleine Menge qui était l’adjointe de Alain Ntambuka puis suivait d’autres cadres qui sont dans les deux extrêmes : d’un côté les soutiens de Cishambo et de l’autre côté ses plus grands détracteurs. Mais dans cette guerre se cache aussi les intérêts des plus haut placés du PPRD qui ne supportent pas « l’orgueil » de Cishambo.

Maintenant que Cishambo est parti le problème revient car, sur le plan légal c’est bien Madeleine Menge qui est sur la nomination de Boshab et qui n’a pas été remplacée qui se dit responsable du parti au Sud-Kivu. Or, d’autres cadres réfutent cet argument et ils pensent que c’est quelqu’un d’autre de leur camp qui doit être aux commandes. Ceci pourrait expliquer d’ailleurs la résistance du camp Cishambo quand Madeleine Menge voulait se rendre au bureau du PPRD situé sur le bâtiment Idéal en commune d’Ibanda quelques jours après le départ de Marcellin Cishambo.

Pour l’instant, c’est soit Madeleine Menge qui signe au nom du PPRD soit c’est Pascal Katagondwa conseiller au ministère provincial de la justice et soutient du gouverneur sortant qui signe. Ces deux, quoiqu’étant dans deux extrêmes sont sur l’ancienne nomination de Boshab. Un autre qui est venu peut-être s’ajouter sur la liste c’est Damien Kwabene qui a été le mandataire du secrétaire général de la majorité pour présenter la candidature du gouvernorat du Sud-Kivu à la CENI.

Un cadre du Pprd  proche du gouverneur regrette le fait que Marcellin ne soit pas parvenu  à faire nommer quelqu’un d’autre de leur camp dans son comité fédéral.

« C’est comme s’il n’avait pas confiance en ses collaborateurs, ça, moi aussi je le lui reproche car on ne se serait pas retrouvés dans une difficulté ambiguïté  ou même un vide juridique  à ce point, ça je l’ai compris à son départ ».

Et de tempérer :

« Mais il pouvait être dans des difficultés aussi  car beaucoup des cadres Pprd de la province et d’autres qui siègent au comité national du parti ne pouvaient pas le laisser faire.il avait des difficultés et ça on le sait ».

Au PPRD Sud-Kivu, on reste confiant et on attend un nouveau comité fédéral avant l’élection d’un nouveau gouverneur à la fin de ce mois d’Août conformément au calendrier de la commission électorale nationale indépendante, CENI. Un  comité qui pourra on l’espère, mettre de l’ordre dans la case pour affronter les prochains enjeux surtout avec l’hypothèse  de la non-tenue des élections à la fin de cette année.

En attendant la nomination d’un nouveau comité fédéral, le parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie Pprd au Sud-Kivu est resté comme un bien sans maître. Ses cadres agissent chacun en son nom sans une qualité claire et  précise.

Avant cela, il va falloir répondre aux exigences de tous les tireurs de ficelles dans ce dossier car chacun voudra placer son « homme » dans le prochain comité fédéral du parti du Raïs congolais.

Honneur-David Safari

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )