“Journée sans véhicules” à Bukavu: Bernard Zagabe parle des “agitations de ceux qui préfèrent qu’on reste sans la voirie urbaine”

Bernard Zagabe, coordonateur adjoint du bureau d’étude au gouvernorat du Sud-Kivu s’oppose à la « journée sans véhicules » lancée par la société civile du Sud-Kivu pour dénoncer la dégradation de la voirie urbaine et d’autres routes de dessertes agricoles.

Dans une interview exclusive avec la rédaction de laprunellerdc.info, samedi dernier au sortir de l’émission Tribune du changement sur la radio Svein Bukavu, Bernard Zagabe accuse la même société civile de s’être tue face à cette réalité pendant la gouvernance de l’ancien gouvernement provincial. « C’est parmi les raisons qui ont fait à ce que le chef de l’Etat organise des élections de gouverneur au Sud-Kivu, pour une nouvelle gouvernance par ce qu’on a constaté qu’il y avait dégradation de la voirie et il fallait apporter solution au problème » dit-il.

«Je pense à mon niveau que, si vous avez constaté que son excellence monsieur le gouverneur a fait Kinshasa ; c’est pour résoudre ce genre de problème.je pense à ce moment-ci que nous ne pouvons pas nous plaindre mais nous devrions nous mettre ensemble pour soutenir cette action du gouvernement provincial et le gouvernement national. Déjà je vous dis qu’au courant de la semaine prochaine, vous allez voir des actions qui vont se passer  au Sud-Kivu par rapport à cette situation des routes, J’estime que les agitations que vous êtes entrain de voir maintenant au Sud-Kivu, c’est lier aux gens qui préfèrent que nous restions sans voirie urbaine» a dit ce cadre du PPRD.

Tout en appelant la population à l’apaisement, Bernard fait savoir que la lutte sera menée pour que les gens qui continuent à tromper la vigilance de la population ne réussissent pas.

«Je vous dit que nous n’accepterons pas que les gens, au lieu de proposer des pistes de solution, continuent à tromper la vigilance de la population dans des actions qui ne vont pas réussir. C’est pour nous l’occasion de dire à la population que celui qui vous demande de faire une journée sans transport, il faut lui demander de laisser aussi son propre véhicule à la maison par ce qu’empêcher les autres à ne  pas entrer dans le véhicule c’est violer aussi la constitution, et donc quelqu’un de la société civile ne doit pas se moquer de la constitution» tacle t-il.

Bernard Zagabe interpelle la conscience des députés provinciaux et nationaux qui contrôlent la société civile et toute la population car ce sont eux (députés provinciaux et nationaux) qui évaluent le budget tout en appelant la société civile à soumettre cette question à l’assemblée nationale ou provinciale car dit-il,  « la population est valablement représentée par les députés ».

La société civile a décrété une journée sans véhicules ce vendredi 23 mars pour réclamer la réhabilitation de la voirie urbaine en délabrement très avancé.

Jonas Kasula Arsène

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )