ActualitéPolitiqueSécuritéSociétéUncategorized

Sud-Kivu: Denis Mukwege salue le travail des casques blues et de la PNC à Panzi

Le médecin directeur de l’hôpital de Panzi, le docteur Denis Mukwege a rendu hommage aux femmes casques bleus présents en RDC dans la Monusco.

C’est après la visite d’une délégation de la police militaire de cette organisation onusienne à l’hôpital de Panzi le mardi 4 septembre dernier.

La dernière chose, est que cette délégation soit constituée des femmes en uniforme majoritairement. Je crois que ça aussi ça mérite tout simplement d’être souligné.  L’engagement des femmes dans la sécurité d’autres femmes, doit faire une grande différence. Je me rappelle un jour, on était avec des officiers de l’auditorat militaire, qui étaient venus ici pour une formation et je crois que nous avons commis une erreur de descendre avec les hommes en uniforme voir les femmes et il y a eu deux qui sont tombées en syncope. Je pense que lorsqu’elles vont voir les femmes en uniforme, ça va leur dire que donc nous les femmes aussi nous pouvons et je pense que c’est très positif » a indiqué l’homme qui répare les femmes.

Le docteur Mukwege en a profité pour saluer le travail du secrétaire général de l’ONU et celui de sa représentante en RDC à travers le chef de bureau de la Monusco au Sud-Kivu.

« Je profiterais pour remercier à cette occasion le secrétaire  général Antonio Guteress pour son soutien  l’action que la Monusco mène en République Démocratique du Congo, spécialement à travers sa représentante madame Leila Zerougi que nous avions eu l’occasion de rencontrer  lors de son dernier passage ici à Bukavu et nous connaissons son engagement , elle n’est pas à sa première mission en République Démocratique du Congo. Donc elle connait très bien la situation dans ce pays. Et après qu’elle soit passée en New York , elle est revenue, et avec elle  nous espérons et nous sommes certains que nous pourrions mener des actions en faveur des victimes de violences sexuelles en République Démocratique du Congo et surtout amener cette paix tant attendue dans ce pays. Je crois que lorsque nous travaillions ici à Panzi, nous ne pouvons pas ne pas remercier la contribution de Karna  Soro qui est le chef du bureau ici à Bukavu, et celui qui est notre contact direct dans ce que nous faisons ; je sais combien des fois pour des urgences soit de voyages ou d’évacuations, nous avons eu des services qu’il nous a toujours  rendus la porte ouverte » a dit Mukwege à ses hôtes.

« Que ferons-nous ici à Panzi dans cet hôpital, si on n’avait pas la présence UNPOL … ? »

Le célèbre gynécologue a aussi estimé que le travail des casques bleus Egyptiens à l’hôpital de Panzi mérite d’être félicité et encouragé.

Que ferons-nous ici à Panzi dans cet hôpital, si on n’avait pas la présence UNPOL, qui sont des unités de la Police égyptienne qui est une unité, qui moi me donne une fierté africaine, parce que je trouve qu’ils sont très professionnels, c’est des gens qui savent réagir avant l’action. Quand vous voyez leur façon de conduire leurs actions ici à l’hôpital,  je crois que c’est une unité qui mérite toutes les félicitations. La dernière fois que j’ai été à New York, j’ai pu rencontrer  le représentant spécial de l’Egypte aux Nations unies pour exprimer la gratitude et surtout donner cette impression positive d’une police très disciplinée, très engagée, très professionnelle ; je discute souvent avec des commandants qui sont d’un niveau très élevé. Je pense que ça c’est un rêve pour l’Afrique ; c’est un modèle qu’on ne peut pas ne pas citer lorsqu’on cite ce qui devrait se passer de positif dans notre pays.  L’UNPOL organise des patrouilles  autour de l’hôpital, et plusieurs fois on s’est croisé.  Je crois que ces actions dissuasives ont un effet sur indéniable à la sécurité que nous pouvons avoir à cet hôpital. On a eu des petits incidents qui ont fait partir certaines femmes, puisqu’elles avaient peur etc. ça c’est une situation que nous pouvons déplorée,  mais certainement si la Monusco n’était pas là, si on n’avait pas la police égyptienne avec nous, je crois qu’on ne serait pas à mesure de faire le travail que nous sommes en train de faire aujourd’hui» dit-il.

Des félicitations également aux éléments de la police Nationale Congolaise qui ont dit-il, des bons rapports avec UNPOL dans la sécurité de l’hôpital de Panzi.

« Je tiens à remercier également la police congolaise qui elle aussi est avec nous ici à l’hôpital, et je pense que c’est très important  d’intensifier les relations entre la Police nationale et l’UNPOL, puisqu’il serait très difficile à l’UNPOL de travailler s’il n’y a pas cette collaboration avec la Police congolaise qui connait la langue, qui connait  les mœurs et les façons de faire le jeu. Votre arrivée ensemble nous rassure et nous dit tout simplement  que c’est possible de continuer à soigner les  femmes ici à Panzi, sans toutefois avoir la crainte. C’est possible de continuer à mener notre action, en sachant que la Police nationale congolaise  s’implique dans la recherche des solutions durables que nous tous nous appelons de tous nos  vœux » s’est réjoui le célèbre gynécologue Congolais.

La police des Nations Unies qui est venue rendre visite aux femmes victimes des viols a apporté plusieurs biens en vivres et non vivres.

Florence Ashuza

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer