Sud-Kivu: «si le consensus politique n’est pas trouvé, nous lâchons la bombe de scission ! » (JM Bulambo Kilosho)

Jean-Marie Bulambo Kilosho s’oppose catégoriquement à la dernière élection des membres du bureau définitif de l’Assemblée Provinciale du Sud-Kivu et à la formule actuelle pour l’élection du Gouverneur et de son adjoint.

Il l’a fait savoir ce jeudi 15 mars 2019 au cours d’un entretien avec la presse locale à Bukavu, quelques minutes seulement après son arrivée en provenance de Kinshasa.

Le député national élu du Parti National pour la Démocratie et la République (PANADER) appelle encore une fois à un consensus dans la gestion de la province. Si ce n’est pas le cas, il menace désormais de mobiliser pour l’effectivité d’Elila.

Jean-Marie Bulambo Kilosho parle d’un «hold up» devant un «égoïsme outré » de sa famille politique.

«Face au constat que dans ma famille politique il y a un égoïsme outré qui prend place. Je ne peux pas m’imaginer que dans cette famille, il y ait des gens qui ne voient que la colline au lieu du Sud-Kivu», dénonce Jean-Marie Bulambo Kilosho.

Il révèle par exemple que lors des précédentes discussions, ils s’étaient entendus que le président de l’Assemblée Provinciale provienne de Mwenga mais cela a été changé dans des conditions floues. «J’avais dit que la gestion du Sud-Kivu devait se faire de manière consensuelle».

«Personne ne pourra accepter. Moi Bulambo je le fais savoir à tous les niveaux de ce pouvoir que personne n’acceptera le holdup qui vient d’avoir lieu ici. Personne ! Nous disons NON, ça ne se fera pas. On doit revenir à la table des négociations pour cette province. Ils ont applaudi de deux mains avec espoir qu’ils ont réussi mais ils ont échoué. Nous devons tout recommencer. Tout ! Si le consensus politique n’est pas trouvé, nous lâchons la bombe de scission ! », averti clairement Jean-Marie Bulambo.

En clair le vice-président de l’ABCE confirme qu’il soutiendra l’idée de la scission de la province du Sud-Kivu en deux provinces, à savoir la province d’Elila et celle du Kivu Central.

Ce qu’il recommande c’est la présence de tous les axes géographiques dans la gestion de la province.  Ce qui est contraire, dit-il par rapport au Bureau actuel de l’Assemblée Provinciale et pour l’élection du prochain Gouverneur de province.

Cette sortie de Jean-Marie Bulambo Kilosho intervient quelques heures seulement après la naissance à Bukavu du mouvement du 14 mars qui vise essentiellement à sensibiliser les peuples considérés comme d’Elila pour l’aboutissement de cette idée.

L’un des leaders, Nicolas Kyalangalilwa appelle également à tenir compte des réalités géopolitiques de la province « qui ont pourtant constitué depuis plusieurs décennies les bases de la paix et de la cohésion sociale ainsi que de la cohabitation pacifique des peuples du Sud-Kivu ».

Jean-Luc M.

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (1)
  • Jeanpierre mwanda 8 mois

    T1rop c’est trop

  • Disqus ( )