Massacres à Beni: les actions de la Société Civile territoriale contre l’insécurité divisent les acteurs politiques à Kasindi

Dans un entretien avec notre permanent à Kasindi, les acteurs politiques du coin sont divisés sur les actions lancées depuis la semaine dernière à Beni par les forces vives du milieu. L’appel à la désobéissance fiscale et le feu qui doit être allumé chaque nuit sur toutes les avenues et entités de Beni sont particulièrement commentés.

Pour Dina Kabengi, porte-parole local de la coalition Lamuka, l’insécurité grandissante dans la région de Beni mérite toute cette mobilisation.

« Chaque jour les gens sont en train  de mourir, ce n’est pas normal qu’on nous dise toujours que la situation est sur la table du président. Mais jusqu’à quand? Doit-on attendre jusque quel jour parce que les gens continuent à mourir, c’est pourquoi nous, nous sommes d’accord, sommes derrière toutes les actions de la société civile. Nous avons envoyé nos représentants à Kinshasa et nous devons les accompagner avec ces actions.» a –t-il dit.

Cependant pour Reagan Katembo du Front Commun pour la Congo (FCC), ce n’est pas le moment opportun pour appeler le peuple à la désobéissance fiscale car l’État ne saura pas fonctionner sans la contribution de son peuple.

«Le moment n’est pas encore là pour appeler la population à l’incivisme fiscal, on ne peut pas vivre dans une République sans taxe, où le peuple ne paie pas les impôts alors que ce sont les deux contributions dont l’État a besoin pour bouter dehors les groupes armés qui dérangent. Nous devons faire confiance à notre gouvernement, à nos forces armées. C’est pourquoi d’ailleurs j’estime que le feu qu’on a allumé hier la nuit était d’exposer inutilement la population. Que la société civile revienne à ces décisions.»

Pour rappel, depuis le vendredi dernier, les forces vives de Beni ont décrété plusieurs actions pour réclamer la fin des tueries dont sont victimes les populations de cette contrée. Deux journées villes mortes ont été décrétées le week-end passé à Beni avant de lancer l’appel à la  désobéissance fiscale à partir de ce dimanche 28 juillet. Les forces vives ont également demandé que le président se déplace lui-même jusqu’à Oicha (Chef-lieu de Beni-territoire) pour palper du doigt la réalité et vite apporter des solutions idoines au problème d’insécurité qui sévit dans cette entité, depuis maintenant 5 années.

Héritier Ndunda Bin Mulemberi, depuis Kasindi

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )