Plan contre Ebola au Sud-Kivu : « la population voit qu’il n’y a rien de concret à part les promesses» (Patient Bashombe)

Après le deuxième cas confirmé d’Ebola à Goma, la Société Civile du Sud-Kivu interpelle les autorités, en leur demandant d’aller au-delà des déclarations et de prendre des mesures sérieuses pour protéger le peuple.

Pour l’avocat  Patient Bashombe, il n’est pas normal que les autorités tiennent des discours pour rassurer la population pendant que concrètement sur le terrain on ne voit rien de sérieux. 

Le président de la Société Civile a insisté que les autorités provinciales doivent aller au-delà des assurances verbales, c’est bien beau de rassurer mais on peut être surpris par cette maladie a-t-il dit.

«Nous disons qu’il faut beaucoup de sérieux de la part des gouvernants et de ceux qui sont en charge de cette riposte non seulement au Nord-Kivu mais aussi au Sud-Kivu. Nous venons du Burundi et le sérieux avec lequel nous avons vu le Rwanda prendre cette question de lutte contre Ebola avec ce qu’ils ont installé comme dispositifs de détection  dans leurs frontières nous font croire que nos autorités sont dans le superficiel! Il faut sortir de cette manière de gérer avec des assurances sans fondements.» 

L’avocat Patient Bashombe se dit surpris de la légèreté dans nos frontières et ports et pense que cette inadvertance devra être sanctionnée car c’est une inadvertance coupable.

«Ce que je ne comprends pas, comment peut-on comprendre qu’une personne passe dans le maille de la DGM, dans le maille de tous ces services connexes et même le service d’hygiène au port de Goma et se retrouver dans le bateau mettre en danger la vie des milliers de nos compatriotes.  Cette inadvertance doit être sanctionnée. C’est curieux aussi qu’en Province, jusqu’aujourd’hui il n’y a aucun plan de contingence contre cette maladie. On ne doit pas seulement nous parler d’un plan préventif, on doit avoir ce plan qui intègre des dispositifs de traitement et il n’y en a pas. La population voit qu’il n’y a rien de concret à part les promesses.» s’est-il étonné.

Le Président du bureau de Coordination de la société civile du Sud-Kivu a enfin appelé  les autorités provinciales ainsi que les organisations qui appuient le gouvernement congolais à prendre des dispositions utiles pour la meilleure protection de la population contre la Maladie à Virus Ebola. 

«Ici l’occasion d’interpeller les autorités provinciales, les institutions internationales qui appuient l’État congolais dans le secteur de la santé dont l’OMS de vite mettre en place des dispositifs qui sécurisent la population de sorte que la parole soit désormais liée à l’acte.» a-t-il dit.

Pour rappel, la psychose était en son comble dans la ville de Bukavu  depuis la matinée de ce mercredi 31 juillet 2019. En cause: une alerte faisant état d’une femme contact avec un malade mort d’Ebola ce mercredi et qu’on disait en route pour Bukavu.

Au moins 5 bateaux ont été immobilisés sur le lac Kivu depuis le matin de ce mercredi à cause d’une interdiction d’accoster faite par l’autorité provinciale. Théo Ngwabidje qui a personnellement supervisé l’opération de contrôle systématique de tous les passagers à leurs bords. Finalement, la femme a été retrouvée et non atteinte d’Ebola à plus ou moins 30 Kilomètres au nord de la province du Sud-Kivu.

Museza Cikuru

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )