Lutte contre Ebola: la Lucha Idjwi s’inquiète de la léthargie dans le chef des autorités provinciales

Dans un communiqué parvenu à Laprunellerdc.info, la Lucha section d’Idjwi s’inquiète de la léthargie dans le chef des autorités provinciales en ce qui concerne la maladie à virus Ebola.

Emmanuel Ndimwiza, militant de la Lucha/Idjwi déplore que le gouvernement provincial ne fait « que des discours » mais à Idjwi il n’y a aucun dispositif dans les ports. Seuls deux ports ont quelques dispositifs mais d’autres sont abandonnés comme si on ignorait la gravité de cette maladie déjà à la porte d’Idjwi regrette-t-il.

«La LUCHA, section d’Idjwi regrette non seulement de la lenteur dans la sensibilisation et du danger que présenterait cette maladie, mais aussi l’inexistence  de mesures de protection dans certains ports du territoire d’idjwi, surtout ceux faisant face au Rwanda (Nkuvu, Boza, Bwina, Buhgwa, Muhumba…). Nous appelons l’autorité provinciale à honorer ses discours et déclarations médiatiques qui demandent à l’apaisement de la population.» nous dit le communiqué ».

La Lucha appelle les habitants d’Idjwi à respecter les normes hygiéniques et préventives afin d’éviter cette maladie dangereuse, elle se dit également prête à collaborer avec les équipes de riposte pour ensemble combattre ce fléau.

Depuis l’annonce des cas d’Ebola dans la ville de Goma au Nord-Kivu, la Province voisine est en alerte et la psychose règne au sein de la population étant donné le flux régulier entre les deux villes. Idjwi étant une île, l’un des territoires en interaction maximale avec la ville de Goma se sent aussi menacée après qu’un cas suspect soit retrouvé à Birava en Provenance de Goma où elle serait ramenée pour un suivi adéquat

Du sérieux exigé également par la Société Civile

Ce n’est pas la première critique du genre par rapport à la gestion de la situation par rapport à la prise des mesures préventives contre Ebola au Sud-Kivu. La première grande critique est venue de la Société Civile du Sud-Kivu.

Pour la Société Civile du Sud-Kivu, il n’est pas normal que les autorités tiennent des discours pour rassurer la population pendant que concrètement sur le terrain on ne voit rien de sérieux. 

L’avocat Patient Bashombe son président, a insisté que les autorités provinciales doivent aller au-delà des assurances verbales, c’est bien beau de rassurer mais on peut être surpris par cette maladie, a-t-il dit.

« C’est curieux aussi qu’en Province, jusqu’aujourd’hui il n’y a aucun plan de contingence contre cette maladie. On ne doit pas seulement nous parler d’un plan préventif, on doit avoir ce plan qui intègre des dispositifs de traitement et il n’y en a pas. La population voit qu’il n’y a rien de concret à part les promesses.» s’est-il étonné.

Signalons qu’on est au quatrième cas confirmé dans la ville voisine de Goma mais le secrétariat technique a tenu à rassurer le peuple que la situation est sous contrôle car tous les contacts du deuxième cas sont tous identifiés et sont suivis au CTE à Goma.

Adonis Lubambo

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )