Insécurité à l’Est : «Plus la situation sécuritaire se détériore, plus les fonds alloués augmentent et les officiers montent en grade» (Claudel Lubaya)

Le député national Claudel André Lubaya, a dénoncé « le paradoxe » dans l’insécurité qui sévit à l’Est de la RDC depuis plusieurs années.

Il relève d’abord un manque de culture d’obligation de résultat et de sanction.

«Faute d’une culture d’obligation de résultat, de redevabilité et de sanction, l’insécurité s’intensifie à Beni et ses environs » dit-il sur ses comptes Facebook et Twitter.

Ce paradoxe, c’est celui de la montée en grade et l’augmentation des fonds au sein des Forces Armées alors que la situation sécuritaire se dégrade davantage.

«Plus la situation sécuritaire se détériore, plus les fonds alloués augmentent et les officiers montent en grade. Paradoxe, il est temps d’agir! » appelle-t-il.

L’Est de la République Démocratique du Congo est en proie à l’insécurité depuis plus de deux décennies déjà. Des tueries à grande échelle s’observent dans plusieurs régions du Nord, Sud-Kivu, Maniema et dans une grande partie de l’ancienne province Orientale. Les plus grands massacres s’observent dans la région de Beni au nord du Nord-Kivu. Des dizaines des personnes sont tuées chaque jour, chaque semaine et les habitants ne savent plus à quel saint se vouer. Plusieurs manifestations sont organisées ce dernier temps par les Forces Vives pour dénoncer l’inefficacité des Forces de sécurité congolaises et la passivité des troupes de la Monusco. 

Jean-Luc M.

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )