Sud-Kivu: possible de protéger les écosystèmes du PNKB en respectant les droits des peuples autochtones (PIDP)

En marge de la journée internationale des peuples autochtones JIPA, célébrée chaque 9 août de l’année, le Programme Intégré pour le Développement des Peuples Pygmées(PIDP) plaide pour la protection de l’environnement, l’unité et la cohésion sociale entre les communautés du Parc National de Kahuzi Biega (PNKB).

Ils l’ont signifié lors d’un point de presse tenu ce vendredi Août 2019 dans la salle de réunion de la Caritas Bukavu. Le thème retenu pour cette JIPA est « Peuples autochtones, héritiers d’une grande diversité linguistique et culturelle.»

Pour Dieudonné Akilimali, directeur de PIDP, il a été question de passer en revue la situation du peuple autochtone sur le plan local, national et international mais aussi appeler les uns et les autres à plus de responsabilités dans le conflit qui oppose l’ICCN aux peuples autochtones du PNKB.

« Nous profitons de l’opportunité de cette journée pour élever plus haut les voix, les cris de détresse des peuples autochtones par rapports à nos droits et autres avantages qui sont nôtres. On ne peut donc pas parler de cette journée sans parler de nos droits. Vous êtes sans ignorer qu’il y a plusieurs textes légaux nationaux et internationaux ratifiés par le pays qui promeuvent les droits des peuples autochtones. Pour ce qui est  du conflit qui sévit ce dernier temps entre les communautés du Parc National de Kahuzi Biega, nous appelons toutes les communautés à une cohabitation pacifique car nous devons protéger l’écosystème du parc mais aussi exigeons le strict respect des droits des peuples autochtones. Il n’est donc pas normal que des gens vivent comme des apatrides sur leurs terres. Nous en appelons enfin au gouvernement qu’il prenne à bras le corps cette question avant qu’il n’y ait plus de dégâts que ceux déjà enregistrés.»

Le 9 Août de chaque année est consacrée à la journée internationale des peuples autochtones (JIPA) par les Nations Unies depuis 23 Décembre 1994. C’est le résultat d’une longue lutte pour la reconnaissance des droits des peuples autochtones à la justice et à la dignité.

La Ligue Nationale des Pygmées du Congo LINAPYCO estime que les groupes autochtones comptent entre 450 et 600 000 individus et qu’ils sont repartis dans 47 de 145 territoires du pays. Au Sud-Kivu le nombre varie entre 20 et 30.000 individus.

Honneur-David Safari

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )