Sud-Kivu : Eric Kabala accorde 48 heures aux membres PPRD présents dans le gouvernement provincial pour démissionner

Le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie et le Développement (PPRD) traverse une période de turbulence en province depuis les nominations faites par le Gouverneur Théo Ngwabidje dans la formation de son gouvernement mais aussi des membres des cabinets ministériels.

Plusieurs cadres de ce parti en province du Sud-Kivu ont exprimé leur désaccord par rapport aux noms et à la méthode utilisée pour choisir des membres.

Ce mardi 20 Août, c’est Eric Kabala, cadre et communicateur de ce parti qui accorde 48 heures à tous ses membres actuellement ministres, mandataires publics, et autres nommés par le Gouverneur Ngwabidje de démissionner car, selon lui, ses cadres ne doivent pas continuer à accompagner un homme qui ne sait pas s’assumer politiquement.

Se confiant à Laprunellerdc.info, Eric Kabala, communicateur du PPRD a déclaré que l’équipe de Ngwabidje doit cesser de compter sur un quelconque soutien de leur parti

«Théo Ngwabidje ne peut pas vouloir une chose et son contraire. Soit  il est avec Kabila, soit il n’est pas avec Kabila. Nous l’avions vu  refuser de soutenir le ticket Thambwe Mwamba et maintenant il veut que les hommes de Kabila puissent le soutenir, et là nous disons non ! », insiste Eric Kabala.

Ce cadre du PPRD dénonce une manœuvre de « débauchage » qui pourrait avoir été utilisée par le Gouverneur de province en utilisant les membres du PPRD sans se conformer à la ligne édictée par le Front Commun pour le Congo de Joseph Kabila.

Ce communicateur du PPRD appelle ses camarades qui font partie de l’équipe Ngwabidje à la démission pour ne plus continuer à servir « l’homme de Lukwebo ».

«Lukwebo et Kabila sont déjà deux hommes parallèles, et moi je demande avec bravoure et force à tous les mandataires du PPRD, ministres, Directeurs des cabinets, tous dans le gouvernement Théo Ngwabidje de démissionner ; car soit, ils sont avec Kabila, soit ils sont avec l’homme de Lukwebo. Dans le cas contraire, de nous donner leurs points de vue, car nous ne voyons pas comment un homme de Kabila peut servir un homme de Lukwebo alors que les hommes de Lukwebo ont refusé catégoriquement de soutenir Kabila. Nous devons les appeler à l’ordre. En tout cas s’ils ne démissionnent pas, ils vont nous voir car ils sont bien avisés que nous sommes des militants de première heure du PPRD » menace-t-il.

Plusieurs réactions ont été rapportées après la nomination des membres des cabinets des ministres, la semaine dernière.

Plusieurs partis du Front Commun pour le Congo (FCC) ne supportent pas sa configuration actuelle. Beaucoup ont crié à la discrimination. Au Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), les différentes nominations de Ngwabidje ne passent pas alors que dans l’AFDC, une fronde des « indignés » s’est créée pour dénoncer ce qu’on qualifie de « privatisation » du parti par la famille biologique de Lukwebo.

 Dix-sept partis politiques, membres du regroupement de l’Alliance des Démocrates pour le Renouveau et le Progrès ( ADRP) dénoncent «l’acharnement et l’exclusion totale» dont ils sont victimes dans l’actuel gouvernement provincial du Sud-Kivu.

Pour les signataires, Rubota Masumbuko, président de leur regroupement ADRP avait suffisamment contribué pour que monsieur Théo Ngwabidje soit élu Gouverneur et l’avait même accompagné jusqu’à la victoire.

Par conséquent, l’ADRP a dit prendre acte et se désolidarise de toute action politique du gouvernement Théo Ngwabidje jusqu’à nouvel ordre.

Bertin Bulonza

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )