Mobilisation contre Vital Kamerhe: le complot ?

Vital Kamerhe. C’est en tout cas le nom qui revient le plus sur la toile congolaise depuis quelques jours. Comme dans l’habitude, c’est pour l’insulter ou l’accuser.

Vous le savez, depuis un certain temps, Vital Kamerhe est la cible des réseaux sociaux, puis de certains médias en ligne à travers le pays.

Si dans le passé, les acteurs politiques pouvaient reprocher à Vital Kamerhe quelque chose, en tout cas, pas dans le domaine de la gestion financière dans la chose publique.

Pourtant il n’échappe pas à des critiques,  généralement non fondées; mais qui n’ont visiblement que pour seul objectif de le salir ou le nuire avant un enjeu majeur sur la scène politique congolaise.

Des exemples récents

Au lendemain de l’accord de Genève duquel il retira la signature, presque au même moment avec le Président actuel, Félix-Antoine Tshisekedi, avec une différence juste de minutes ou d’heures sur demande de leurs bases respectives qui n’ont pas hésité à descendre dans les rues à Kinshasa et à Bukavu principalement, un lynchage médiatique s’en est suivi.

C’est principalement des réseaux alimentés par ses partenaires d’hier dans l’opposition qui s’activent. La décision est prise : Kamerhe doit être crucifié ! Des mouvements citoyens comme la LUCHA, principalement prennent le relai. Des tweets provocateurs à la limite, grossiers s’enchaînent juste pour décrier le choix et la décision de quitter l’accord dont ils sont également parents.

Les noms de tous les oiseaux ont été collés au couple Fatshivit, à Kamerhe particulièrement. Personne ne pouvait leur accorder la chance d’accéder à la magistrature suprême.

Après les élections qu’ils remportent lui et son partenaire, tout le monde s’attendait à sa nomination comme premier ministre, conformément à l’accord de Nairobi, signé entre lui et le Président actuel Félix Tshisekedi au profit duquel il avait désisté.

C’est d’avec le poste de Directeur de Cabinet qu’il va se contenter. Mais l’homme avait toujours rappelé qu’il n’existe pas un petit département, mais plutôt un petit chef de département.

Encore, ses détracteurs commencent

  1. Kamerhe vice-président

Sa présence aux côtés de Tshisekedi gène déjà. On le voit trop, il est toujours présent, celui que certains pensaient mort politiquement. Pourtant, un poste de Directeur de Cabinet qu’on disait non important par rapport à son poids politique et à l’apport dans la coalition.

Pour beaucoup, ce nom lui a été collé juste pour tenter d’énerver le Président de la République, son partenaire, en qui il dit d’ailleurs manifester tout le respect du monde.

L’initiative des actions d’urgence de 100 premiers jours serait son œuvre au sein du cabinet. Pourtant, les travaux rayonnent à travers le pays entier, mieux que les cinq chantiers qui ont duré plus de Cinq ans.  Les dés sont jetés: le duo tente de réussir, il faut l’anéantir à tout prix.

Cela ne lui fait pas beaucoup d’amis, à l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) le parti de Tshisekedi et surtout pas au Front Commun pour le Congo (FCC). Pour plusieurs observateurs, le FCC et des caciques UDPS peuvent être liés au coup, au (x) complot (s).

  1. La fuite des documents et Les Fake News

Nombreux membres du personnel d’appoint à la présidence, sous l’administration de Néhémie Mwilanya, sont encore là. Chaque document signé par Vital Kamerhe, sort avant son arrivée chez le destinateur.

En parallèle, les faux documents fabriqués dans les officines commencent à sortir. Ils sont partagés en quantité industrielle. Objectif: salir Vital Kamerhe. Jusque-là, ça ne semblait pas payer.

Et puis vient le tour de la puissante ANR et la suite

L’ANR qui ordonne l’enquête contre les ministres et c’est depuis janvier 2019, période de prise de pouvoir par le Ticket «Fatshivit ». Quelle était donc la cible ? Est-ce le Chef de l’Etat ? Est-ce seulement aujourd’hui que l’Agence Nationale des Renseignements tente d’ouvrir des enquêtes 18 ans après Joseph Kabila ? C’est aussi curieux !

Alors qu’on pensait que les choses se passeraient proprement, l’Inspection Générale des finances ressuscite de son profond coma de depuis janvier 2001, année de la prise du pouvoir du sénateur actuel Joseph Kabila.  L’on n’avait jamais entendu parler de cet organe. Curieusement, c’est une association nationale particulièrement proche de l’UDPS qui se charge de vulgariser son contenu et de rappeler que la procédure est normale. A chaque soir, les nouveautés proviennent des tweets ou sur plusieurs réseaux sociaux comme s’il était en charge de l’enquête, s’il y en avait une.

C’est d’ailleurs dans ce sens qu’abonde cela Forum des As dans sa livraison du 2 septembre en citant un rompu de la scène politique RDCongolaise.

« On veut créer un conflit entre le Président et son directeur de cabinet. Ce dernier est accusé sans preuves de préparer déjà 2023 pour son propre compte. Les auteurs de ce plan veulent pousser Fatshi à la faute, l’amener à se séparer de son Dircab, le plus capé de tous ses collaborateurs, le seul qui ait une expérience avérée de la gestion de la chose publique et sache comment empêcher certaines compromissions ».

Ce qui est clair en effet est qu’un groupe de gens, FCC et peut être de l’UDPS se sont entendus pour nuire à l’image de leur allié pourtant reconnu parmi les hommes politiques congolais propres en matière de gestion de la chose publique. A l’UDPS, on pense que Kamerhe veut devenir président en 2023 alors qu’au FCC on ferait mieux d’encercler Tshisekedi sans un Kamerhe encombrant.

La question qui reste est : Tshisekedi acceptera-t-il de tomber sous le piège ? C’est ce qu’on verra.

Jean-Luc M.

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (5)
  • Oh vraiment le monde est trop matata.
    VK a toujours gené.
    Que ce soit à la cité de l’union africaine ou à Geneve, il est toujours poursuivi par ses détracteurs.
    Nous appelons Fathi à la vigilence
    Les pièges sont nombreux

  • Kwiti 2 mois

    Merci cher Laprunelle. Cet article prouve qu’il y a des observateurs de la vie politique au pays.

  • AMANI NTARHEBA Gaspard 2 mois

    Vk a toujours gêné car il est l’homme politique congolais du moment, ses compétences, aptitudes et capacités, son intelligence fait de lui l’oiseau à abattre de tous le camp au pays ! Fatshi devra comprendre que Vk a bcp des détracteurs qui ne veulent pas voir le pays avancer.

  • Mary 2 mois

    C’est bien beau tout ça, mais s’il est clean, que Mr le DirCab le dise à la population et qu’une enquête soit alors ouverte pour déterminer le vrai coupable ? Les gens veulent savoir et son silence amplifie la frustration de la population.

  • Masheka Hongo Albert 2 mois

    Qu’on laisse les inspecteurs de finances faire leur travail. Nul n’est au dessus de la loi

  • Disqus (0 )