Rapport Mapping : à Luanda, Denis Mukwege appelle à soutenir la création d’un Tribunal Pénal International ou des chambres spécialisées mixtes

Prix Nobel de la Paix 2018, le Congolais Denis Mukwege a appelé les Chefs d’Etats et la société civile présents à la biennale de Luanda à soutenir la mise en œuvre des recommandations du Rapport Mapping du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les droits de l’Homme sur les graves violations des droits humains et du droit international humanitaire commises entre 1993 et 2003 en RDC, publié il y a presque 10 ans.

Devant plusieurs personnalités, le médecin Directeur de l’hôpital de Panzi et Président de la Fondation Panzi a rappelé que depuis les années 90, les cycles de violence en RDC ont entrainé plus 6 millions de morts, provoqué le déplacement de 4 millions de personnes et occasionné le viol de centaines de milliers de femmes et de jeunes filles, parfois même des bébés.

«La paix ne se construit pas sur des fosses communes. Nous sommes convaincus qu’il n’y aura pas de paix durable sans justice» a-t-il rappelé.

Depuis plusieurs années, « l’homme qui répare les femmes » se bat pour que justice soit rendue aux millions des victimes des atrocités commises à l’Est du pays. Celui-ci appelle depuis à la mise en place des mécanismes internationaux pour juger les coupables. C’est d’ailleurs pour ça qu’il a rappelé la nécessité d’un tribunal Pénal International ou des chambres spécialisées mixtes.

«Ce rapport est une cartographie de 617 crimes internationaux et appelle au recours à des mécanismes de la justice transitionnelle, tels que l’établissement d’un tribunal pénal international ou de chambres spécialisées mixtes, une commission de la vérité, des programmes de réparation et des garanties de non-répétition.
En nous soutenant sur ce chemin, vous répondrez non seulement à la soif de vérité et de justice des Congolais, mais vous contribuerez aussi à réaffirmer les valeurs africaines de solidarité et de fraternité et à consolider la paix et la stabilité au cœur de notre grand continent, qui continue de saigner tous les jours »
a-t-il conclu.

Disons que ce Forum Panafricain pour la Culture est la paix a été ouvert ce mercredi 18 septembre 2019.

Devant des chefs d’Etats, des dirigeants de l’Union Africaine, les représentants de l’UNESCO et d’autres invités, le responsable de l’hôpital et la Fondation Panzi a estimé que face aux nombreux défis auxquels l’Afrique doit faire face, notamment la sécurité, le développement et le respect des droits humains, la culture de la paix doit être au centre de l’attention individuelle que collective.

Jean-Luc M.

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )