Silence sur le massacre de Lemera: cela prouve que les crimes commis en RDC «étaient bien planifiés dans les laboratoires » (Robert Njangala)

23 ans après le massacre de Lemera dans le Sud-Kivu, plusieurs voix continuent à s’élever pour demander que justice soit faite.

C’est le cas de Robert Njangala, Coordonnateur de Sajecek Forces vives, qui rappelle que le 6 octobre 1999, 34 malades avaient été sauvagement abattus dans leurs lits d’hôpital dans la localité de Lemera. «Quelle cruauté!» s’exclame-t-il.

Robert Njangala s’étonne que 23 ans après cette «barbarie», la justice ne s’est jamais penchée sur cette question. Ce qui confirme, selon lui que les crimes commis en RDC étaient bien planifiés «dans les laboratoires».

«Aucune enquête n’a déjà été ouverte. Cet état de chose nous inquiète et confirme bien que les crimes commis en RDC étaient bien planifiés dans les laboratoires. L’on  peut ne pas connaître avec exactitude les noms des différents  criminels qui avaient exécutés les malades au sein de cet hôpital mais néanmoins on connaît avec exactitude de qui ses gens recevaient des ordres. Pourquoi la justice nationale ou internationale traîne alors le pas sur ce massacre?» s’est-il demandé.

Robert Njangala tranche: si la communauté internationale est indifférente par rapport aux atrocités commises en RDC, ce qu’elle est complice.

«A quoi servirait le rapport Mapping si tous les massacres qui y sont répertoriés restent impunis? La communauté internationale est complice de différents crimes commis en RDC» a-t-il conclu.

 Jean-Luc M.

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (1)
Disqus ( )