Bukavu : les agents de Banro dans la rue pour demander la sécurité dans les sites miniers

Les agents de la société Banro corporation ont organisé une marche pacifique ce jeudi 10 octobre afin de demander aux autorités de rétablir la sécurité dans les mines de Namoya et Salamabila occupés par les bandes armées Mai-mai.

La marche avait comme point de départ le bureau de l’entreprise à Muhumba dans la commune d’Ibanda et comme point de chute le gouvernorat de la province.

Un mémorandum adressé au chef de l’État a été déposé entre les mains du conseiller du gouverneur en matière économique, Idée Bakulu, après sa lecture par Nenette Bigabwa,  chargée de communication au sein de cette entreprise.

« Cela fait presque trois ans que la société Namoya mining SA est déstabilisée par des actions répétées des groupes armés conduisant à des kidnaping, des attaques de la mine et des évacuations répétées du personnel rendant les activités difficiles et périlleuses », a-t-elle déclaré.

Elle mentionne que les sociétés de la corporation Banro qui est active en République Démocratique du Congo (RDC), emploient directement plus de 3 milles travailleurs congolais, sans parler de ceux qui sont indirectement affectés avec des effets induits dans les provinces du Nord , Sud-Kivu ainsi que de Maniema.

« Il sied de rappeler qu’une bonne partie des recettes de ces provinces citées dépendent des taxes et impôts payés par ces entreprises et ses travailleurs », a-t-elle renchérit.

des agents Banro manifestent à Bukavu

Elle indique qu’une éventuelle fermeture de la mine de Namoya mènera à des conséquences incalculables à court, moyen et long terme avec la perte des emplois avec ses corollaires.

Rappelons que le Président Directeur Général de Banro Corporation avait écrit au ministre national du travail, emploi et prévoyance sociale pour lui signifier la décision des filiales de suspendre des opérations dans les entités de Lugushwa, Kamituga et Namoya suite aux sérieuses et incessantes préoccupations sécuritaires selon son président Brett; chose que les agents n’ont pas apprécié car ils accusent le PDG de vouloir fermer unilatéralement la mine sans respecter la procédure légale.

Les agents de Banro, demandent alors au chef de l’Etat de s’investir à fond pour qu’une solution urgente, durable et définitive soit trouvée aux problèmes sécuritaires qu’encourt la mine de Namoya.

Claude Musengero

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus (0 )