Sud-Kivu: reçus par Félix Tshisekedi, les acteurs de la Société Civile ont déposé une note de plaidoyer (intégralité)

Les acteurs de la Société Civile du Sud-Kivu à travers le Cadre de Concertation Provinciale de la Société Civile/ CCPSC ont été reçus par le Président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi lors de son séjour à Bukavu dans la semaine en cours.

À l’occasion, une note de plaidoyer a été remise au président pour le développement de la province du Sud-Kivu en particulier et la République Démocratique du Congo en général.

Cette note reprend les différents secteurs de la vie nationale dont: la paix et la sécurité, l’action humanitaire, les droits humains et gouvernance, le genre mais aussi l’économie et le climat des affaires.

 Paix et Sécurité

Pour le chapitre de la paix et sécurité, le CCPSC  salue la volonté du chef de l’État dans la redynamisation de la coopération régionale en faveur de la paix, mais aussi la société civile sollicite l’implication du chef de l’état dans la stabilisation des institutions en province

« Nous saluons votre volonté d’œuvrer pour la redynamisation de la coopération régionale en faveur de la paix et la sécurité, veuillez œuvrer pour une position plus accrue de la RDC dans le CIRGL pour que vos efforts rapportent plus la paix et la stabilité. Les acteurs de la société civile vous sollicitent de veiller sur la stabilité des institutions en général et plus particulièrement au Sud-Kivu où nous avons connu une instabilité chronique de l’exécutif provincial au grand dam de la restauration de l’autorité de l’état. Nous sollicitons de poursuivre l’éradication des groupes armés nationaux et étrangers présents dans nos campagnes » dit le document.

Mandat de la Monusco, Justice, lutte contre la corruption…

Mettre en place un commissariat spécial d’accompagnement et de suivi des activités de la MONUSCO pour plus d’efficacité » plaident-ils.

Pour les actions humanitaires, ces acteurs de la société civile demandent que  » le gouvernement reprenne son rôle de premier intervenant humanitaire et à ce titre qu’il use du budget de l’action humanitaire voté par l’Assemblée Nationale de manière effective pour renforcer le rôle des organisations humanitaires et la coordination de l’action humanitaire ».

Dans le chapitre des droits humains et gouvernance, le CCPSC plaide pour que la société civile intègre la commission mise en place par le président pour lutter contre la corruption et le blanchiment de capitaux. Il sollicite que le gouvernement accélère la mise en place du guichet unique pour réduire les coulages des recettes et tracasserie fiscale.

« Que soit mise en place une politique nationale de réparation des victimes des graves atrocités et crimes de violences sexuelles au Sud-Kivu en particulier et en RDC en général. Garantir la liberté des manifestations et réunions et veiller sur la protection des défenseurs des droits humains, des activistes pro démocratie et des opposants politiques. Garantir l’indépendance de la justice mais aussi poursuivre et rendre effective la gratuité de l’enseignement de base » précise la note de plaidoyer.

Genre, climat des affaires…

Pour le secteur genre, la note constate  » que jusqu’à ce jour le respect de la parité et la participation de la femme dans les institutions et espaces de prise de décisions n’est pas encore effective et sollicite l’implication personnelle du chef de l’état dans la vision de la loi électorale pour une représentativité de la femme »

Dans l’économie et le climat des affaires, la même note de plaidoyer  sollicite son implication personnelle pour l’extension de la ville de Bukavu asphyxiée par un surpeuplement exagéré, une absence d’aménagement du territoire et précarité de infrastructures routières. La mise en place d’une commission pour le recouvrement forcé de toutes les épargnes pillées par les institutions de micro finances et remboursement des épargnes perdues par la population. 

Pour ce faire le CCPSC demande la protection des entreprises nationales contre la concurrence déloyale et lutter contre l’asphyxie des initiatives privées des congolais en encourageant les allègements des entreprises en période de gestation.

« Décliner au niveau provincial le mécanisme de Basket fund national d’entrepreneuriat des jeunes ».

Et enfin les acteurs de la Société Civile du Sud-Kivu sollicitent  une décentralisation de la gestion du FONER pour qu’elle ait une redevabilité de proximité de même pour le fond d’entretien des voie navigables, insistent ils.

Bertin Bulonza

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )