Médiateur du dialogue sur la paix au Sud-Kivu : «la personne qu’il faut c’est Katintima, il est expérimenté» tranche Bernard Zagabe (Interview)

Alors que l’activiste du mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA) Judith Maroy ne supporte pas que le nom de Norbert Basengezi Katintima soit cité parmi les médiateurs dans le prochain dialogue pour la paix dans le Sud-Kivu, d’autres voix continuent à s’élever pour défendre l’ancien Vice-Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). Après le Vice-ministre de l’Economie Didier Okito Lutundula, c’est le tour de l’acteur politique et cadre du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD). Dans cette interview exclusive, il estime que plusieurs raisons font de Katintima, l’homme de la situation et s’insurge sérieusement contre les détracteurs de Katintima. (Interview)

Laprunellerdc.info: Katintima médiateur dans le prochain dialogue sur la paix au Sud-Kivu… La LUCHA, s’insurge. Quelle est votre réaction ?

Bernard Zagabe: Non, certains acteurs de la LUCHA, si vous dites la LUCHA là c’est vouloir compliquer la donne inutilement ! Ecoutez, quand nous parlons de la problématique sécuritaire à un moment on doit cesser de faire allusion aux mouvements citoyens, parce que ce n’est pas une question de stage politique. C’est une question de vies humaines. J’aimerais voir la LUCHA déclarer qu’ils sont prêts à voir le sang des congolais couler, parce que depuis qu’on a commencé à nous dire qu’il y avait des atrocités dans les hauts plateaux de Minembwe, on n’a pas vu la LUCHA se mobiliser pour proposer les pistes de solution et quand il s’agit de ramener la paix la LUCHA se révolte. Est-ce qu’on peut comprendre que la LUCHA n’est pas d’accord avec la paix ? La LUCHA n’a qu’à se prononcer.

“Nous félicitons l’initiative de l’honorable Basengezi Katintima”

Laprunellerdc.info: Vous semblez tirer à boulet rouge sur des activistes de la LUCHA…

Bernard Zagabe: Non, parce que l’autre fois quand il fallait aller encore aux élections on a vu la LUCHA diaboliser la machine à voter, on a vu la LUCHA créer des boites pour dire qu’ils ne sont pas d’accord avec tel acteur, les bureaux de la CENI ainsi de suite. Maintenant là, nous pensons que c’est une question très sensible, parce que c’est le sang des congolais qui est en train de couler.

Laprunellerdc.info : pour vous, l’initiative de Katintima est à saluer.

Bernard Zagabe: Nous félicitons l’initiative de l’honorable Basengezi Katintima. De qui voulez-vous au Sud-Kivu comme médiateur si vous ne voulez pas de l’honorable  Katintima ? Qui vous voulez encore ? J’aimerais que quelqu’un puisse me mettre au défi, si vous connaissez quelqu’un qui  a un CV si riche en matière de facilitation, en ces genres de question plus que Katintima. Je serai heureux de le savoir.

“Katintima n’est qu’un acteur, il n’a jamais été responsable direct de tout ce qui s’est passé à l’époque du RCD”

Laprunellerdc.info : des acteurs de la société civile par exemple…

Bernard Zagabe: Quelqu’un peut vous dire qu’il aimerait qu’il soit quelqu’un de la société civile, bien sûr mais ce qui se passe dans les Hauts Plateaux, c’est une question purement politique. Il faut quelqu’un de plus que politique parce que nous qui avons participé au processus de paix, au dialogue de paix de Goma, nous savons qui peut faire quoi au Sud-Kivu. On a vu la LUCHA pensé que Katintima lui-même ne peut pas être juge et parti. Nous invitons la LUCHA à consulter les contenus des accords de SUn City.

Laprunellerdc.info : mais Katintima n’a-t-il pas été l’un des dirigeants de la rébellion ? Est-ce n’est pas logique que les gens s’en méfient ?

Bernard Zagabe: D’abord, il faut éclairer l’opinion que l’honorable Katintima n’est qu’un acteur, il n’a jamais été responsable direct de tout ce qui s’est passé à l’époque du RCD. Il était Gouverneur à l’époque, mais le RCD n’a pas connu seulement Katintima comme Gouverneur. Il y a eu tant des gouverneurs à l’époque du RCD, parce que vous voulez comprendre la responsabilité de tout un chacun de nous. Lors de la guerre au Congo, il y a eu des problèmes dans chaque partie. C’est notamment avec ceux qui étaient avec Bemba, il y a eu des problèmes avec ceux qui étaient avec Mzee, il y a eu des problèmes avec ceux qui étaient avec le RCD. Et c’est pour cette raison que nous proclamons Joseph Kabila comme héro vivant du fait qu’il nous a amené à nous mettre ensemble, et au nom du dialogue à Sun City, tout le monde a été amnistié et Katintima n’a jamais été amnistié car il n’a jamais été accusé ni de prêt, ni de loin. Il n’a jamais été sur la ligne d’un front. Ecoutez, à l’époque du RCD, il n y avait pas la constitution qui nous régissait, il n’y avait pas des lois, il n’y avait pas des règlements,  donc un acteur politique ne pouvait pas aller donner des injonctions sur les lignes de front. Par conséquent, j’aimerais que la LUCHA qui n’existait même pas à l’époque, produisent des éléments pour dire qu’ils étaient sur la ligne de front et qu’ils ont vu Katintima en train d’enterrer les femmes ou on a vu Katintima en train de tuer les enfants, ça n’existe pas et ça n’existera jamais.

“avec ou sans la LUCHA, il y aura la paix. Avec ou sans la LUCHA, il y aura ce dialogue”

Laprunellerdc.info : Et concrètement on se comporte de quelle manière face à des réactions contre sa médiation ?

Bernard Zagabe: La problématique de la paix n’a rien à faire avec les sentiments des individus. Je reste même convaincu que beaucoup de ces jeunes de la LUCHA ne connaissent même pas Katintima, parce que quand il a été au RCD, ils étaient encore jeunes, ils apprennent seulement qu’il y avait eu des morts, mais ils n’ont jamais connu comment ça s’est passé. Nous étions à Goma, je peux vous rassurer qu’au prix de dialogue, on a vu plus de 340 groupes armés qui opéraient au Sud-Kivu déposer les armes, seulement au prix du dialogue. Certes il y a eu des ratés mais nous estimons qu’au prix du dialogue nous pouvons aboutir à une paix durable, et quand on parle de la paix on n’a pas besoin de discriminer tel ou de glorifier tel ; tout celui qui pense qu’il peut apporter un plus, est la bienvenue. Nous aimerons que la LUCHA puisse faire partie aussi des facilitateurs. Pourquoi la présence de Katintima devrait gêner ? C’est-à-dire qu’il y a eu ceux qui ont investi dans la guerre au Sud-Kivu. Il y a des jeunes qui sont financés pour bloquer afin qu’il n’y ait pas la paix au Sud-Kivu, et ils sont gênés parce que désormais nous voulons atteindre la paix. Pourquoi depuis les élections on ne parle plus de la LUCHA, mais quand il y a une question qui essaie de perturber la sécurité, la LUCHA se réveille encore ? Vous pensez que la LUCHA pouvait aussi se sentir alaise sans parler du nom d’un grand dignitaire comme Katintima ? On connait comment ça se passe au Sud-Kivu, et on veut vous apaisez pour dire qu’avec ou sans la LUCHA, il y aura la paix. Avec ou sans la LUCHA, il y aura ce dialogue. Mais nous allons mettre en garde les jeunes qui ne sont pas suffisamment informés sur le passé des gens de ne pas continuer à incriminer les autres. Je pense que le Sud-Kivu doit beaucoup à l’honorable Katintima.

Laprunellerdc.info : comment ça ?

La présence de l’honorable Katintima en RCD a sauvé beaucoup des questions au Sud-Kivu, si non n’eût été sa présence, peut être que le Congo serait déchiré aujourd’hui. Nous savons combien de fois il a facilité pour bloquer beaucoup des cartes, nous savons combien de fois il a participé pour sauver la vie des congolais. Par conséquent nous l’encourageons. Nous encourageons tous les acteurs et nous pensons que ceux qui trainent encore les pas, vont venir et après le dialogue on va encore voir la LUCHA venir décrire autrement Katintima pour présenter ses excuses, pour présenter des remerciements.

“Pour dialoguer avec quelqu’un, il faut d’abord que ton interlocuteur puisse être disposé à t’écouter, ça ce n’est pas une question de la Société Civile ou de la LUCHA, c’est une question des acteurs impliqués dans l’insécurité”.

Laprunellerdc.info : votre message de la fin…

Nous saluons l’initiative. Nous encourageons qu’il y ait implication de tous les acteurs. Nous encourageons que tout le Sud-Kivu puisse s’approprier cette opportunité mais nous demandons aux gens de ne pas blaguer avec cette histoire. Vous pouvez penser que c’est une histoire de Katintima mais après demain vous allez, vous rendre compte que ça prend une dimension internationale. Donc, nous pensons que tous les acteurs, société civile, partis politiques, groupes armés, tout le monde… nous devons nous mettre ensemble parce que même quand on ne parle pas de la guerre, nous nous rencontrons, nous échangeons. Pourquoi maintenant aujourd’hui quelqu’un peut penser que lui a le monopole de la sainteté et l’autre ne peut être que le diable, non ! Je pense que la personne qu’il faut c’est Katintima, il est expérimenté, il a un CV riche, il a des contacts au niveau national, au niveau international, il a déjà géré, il a de l’expérience pour avoir été à la conférence nationale souveraine, pour avoir été au dialogue de paix avec Su City, il a été à la CEI à l’époque, à la CENI, il a été au gouvernement, il est accepté dans les 8 territoires. Le seul dignitaire qui a des entrées dans les 8 territoires c’est lui. Je mets tout le monde au défi. Vous pouvez vouloir bien transformer l’histoire mais moi je vous dis parmi les rares dignitaires du Congo qui ont des entrées partout, il y a Katintima. Pour dialoguer avec quelqu’un, il faut d’abord que ton interlocuteur puisse être disposé à t’écouter, ça ce n’est pas une question de la Société Civile ou de la LUCHA, c’est une question des acteurs impliqués dans l’insécurité. Si les personnes impliquées sont directement favorables à la facilitation de Katintima, qu’est-ce que  la LUCHA va venir faire là.

Propos recueillis par Thomas Uzima

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )