Condamnation de Ntaganda: le Dr. Denis Mukwege appelle le bureau du procureur à poursuivre les enquêtes dans le Kivu 

Les réactions après la condamnation à 30 ans de prison de l’ex chef de guerre Bosco Ntaganda ce 7 novembre 2019 par la Chambre de première instance VI de la Cour pénale internationale (CPI), reconnu coupable de 18 chefs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, commis en Ituri, en République démocratique du Congo (RDC), en 2002-2003.

Le prix Nobel Congolais Denis Mukwege s’est d’ailleurs exprimé dans ce sens via son compte twitter. Il appelle par ailleurs le Bureau du Procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI) à poursuivre ses enquêtes dans les Kivus. 

« Bosco Ntaganda enfin jugé pour ses crimes commis en Ituri. Nous appelons le Bureau du Procureur de la CPI à poursuivre ses enquêtes dans les Kivus pour contribuer à la consolidation de la paix dans la région des Grands Lacs » écrit Denis Mukwege sur son compte twitter.

Cette réaction du célèbre gynécologue congolais et médecin directeur de l’hôpital de Panzi entre dans la droite ligne de son combat de tous les jours: la justice et la vérité avant la réconciliation.  En effet, depuis des années, le Docteur Mukwege ne cesse de dénoncer le silence de la communauté internationale dans les crimes commis en RDC. Il ne cesse de rappeler que le rapport Mapping qui répertorie les graves crimes commis en RDC « moisit » dans les tiroirs de New York et les auteurs pourtant identifiés et connus sont restés jusque-là cachés. 

Contexte

 Le 8 juillet 2019, la Chambre de première instance VI a déclaré M. Bosco Ntaganda coupable, au-delà de tout doute raisonnable, de 18 chefs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, commis en Ituri, en République démocratique du Congo (RDC), en 2002-2003, à savoir, des crimes contre l’humanité suivants : meurtre et tentative de meurtre, viol, esclavage sexuel, persécution, transfert forcé de population et déportation ; et de crimes de guerre suivants : meurtre et tentative de meurtre, le fait de diriger intentionnellement des attaques contre la population civile, viol, esclavage sexuel, le fait d’ordonner le déplacement de la population civile, enrôlement et conscription d’enfants de moins de 15 ans et leur utilisation pour les faire participer activement à des hostilités, attaques contre des biens protégés, et destruction de biens appartenant à l’adversaire. Il a été condamné à 30 ans ce mercredi. Le temps passé en détention à la CPI du 22 mars 2013 au 7 novembre 2019 sera déduit de la peine.

Honneur-David Safari

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )