Gratuité de l’enseignement à Bukavu: réquisition de suspension de deux préfets pour avoir « ressuscité » la prime

Le Directeur Provincial de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique Sud-Kivu 1  demande la suspension de deux préfets d’études pour non-respect des instructions en ce qui concerne la gratuité de l’enseignement en République Démocratique du Congo.

Ceci est contenu dans une correspondance ayant comme objet « Réquisition de la suspension des Préfets des Etudes de l’Institut Kasali et de l’Institut Antonino de Bukavu ».  une correspondance adressée à Monsieur l’Abbé Coordinateur Provincial des Ecoles Conventionnées Catholiques du Sud-Kivu.

Dans cette correspondance,Yoy Bokete Jean-Pierre se dit consterné d’apprendre la résurrection des frais de motivation des enseignants par les parents d’élèves (prime) dans les deux Instituts Kasali et Antonino.

Selon Bokete, ces écoles ont organisé des assemblées générales des parents à cette fin et pourtant ces frais de motivation sont supprimés par la Circulaire réaménagée no MINEPST/CABMIN/001/2019 du 05 octobre 2019 en son point 1.5, la lettre de mesures d’accompagnement NoMINEPST/SG/80/DBM/JPB/1893/2019 du 11 octobre 2019 en son point 1.2 relative aux directives et l’arrêté provincial n°19/049/GP/SK/2019 du 18/10/2019 modifiant et complétant l’Arrêté provincial N°19/044/GP/SK du 18/09/2019 portant fixation des frais de scolarisation des élèves dans les Ecoles publiques et privées agréées pour l’année scolaire 2019-2020 en son article 6 qui interdit aux Chefs d’établissements de se couvrir derrière les Assemblées Générales des parents pour fixer illégalement d’autres frais. 

«Pour ce faire, sur instruction de la hiérarchie, je vous demande de procéder toutes affaires cessantes à la suspension de ces deux préfets des études pour non-respect des instructions reprises ci-haut » instruit Yoy Bokete.

Pour rappel, depuis l’annonce de la gratuité de l’enseignement de base en République Démocratique du Congo, les écoles conventionnées catholiques et protestantes particulièrement ne sont pas contentes. Certains gestionnaires des écoles ont d’ailleurs dit clairement que sans la prise en charge des parents, il est difficile de poursuivre l’année scolaire. Pourtant, l’Etat qui tient à matérialiser sa vision dote ces écoles de frais de fonctionnement. Certains gestionnaires des écoles sont mêmes accusés d’instrumentaliser des syndicats ou des enseignants pour « torpiller » cette mesure et revenir à la « prime » très décriée par les parents.

Jean-Luc M.

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )