Sud-Kivu : pour «Réveil des Indignés», Théo Ngwabidje manifeste son «incapacité» à sécuriser la population

Les premières critiques contre la Gouvernance sécuritaire sous Ngwabidje commencent à tomber. Ceci fait suite aux assassinats des personnes depuis monnaie courante dans la ville de Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu.

La dernière en date, c’est celle du mouvement citoyen « Réveil des Indignés » actif dans la province du Sud-Kivu. Sur son compte twitter, ce mouvement avertit le Gouverneur que personne ne pourra le défendre contre une éventuelle éjection avec l’insécurité qui persiste dans province. 

«Monsieur le Gouverneur de province Théo Ngwabidje Kasi  personne, même vos alliés de la Société Civile, ne saura vous protéger contre une éventuelle éjection, au regard de votre incapacité à sécuriser la population, surtout face à cette criminalité qui franchit déjà les limites du tolérable» écrit «Réveil des Indignés».

Le mouvement lance le même appel au commissaire provincial de la Police Nationale Congolaise au Sud-Kivu en lui rappelant que le travail de la PNC n’est pas seulement de réguler la circulation routière.

«Nous rappelons au Commissaire provincial de la Police Nationale Congolaise que la mission de la police ne se limite pas à réglementer la circulation dans la ville de Bukavu, et à tracasser les paisibles conducteurs; mais aussi à sécuriser les citoyens ainsi que leurs biens. Trop c’est trop avec l’insécurité »

La ville de Bukavu est en proie à une insécurité grandissante et généralisée ce dernier temps. Des corps sans vie par ici, des attaques d’hommes en armes par-là, c’est devenu donc une coutume ou alors une habitude. La ville montagneuse a visiblement renoué avec l’insécurité, cette ami-ennemie qui lui arrache contre toute attente ses fils et filles.

Cette insécurité qui a refait surface dans la ville de Bukavu laisse parler d’elle. Il ne se passe pas un jour sans qu’on enregistre des cas d’insécurité.

L’organisation Sajecek Forces Vives a dans son «bulletin surprise », recensé au moins 23 personnes tuées au mois d’octobre dernier. La ville de Bukavu vient en première position avec 10 cas, suivi du territoire de Fizi avec 4 cas. 114 maisons ont été également attaquées par des bandits armés, 6 véhicules braqués, 10 cas d’enlèvement et 3 cas de justice populaire, selon l’organisation.

Honneur-David Safari

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )