Bukavu : la Dynamique 50% des femmes dépose une plainte contre des arrêtés du gouverneur pour non respect de l’article 14 de la constitution

La Dynamique 50% des femmes a déposé ce samedi 9 novembre 2019, une plainte auprès du Procureur général de la république contre des arrêtés signés par le Gouverneur de la province du Sud-Kivu, depuis son investiture en juin dernier.

Selon cette organisation de défense des droits des femmes, ces arrêtés violent l’article 14 de la constitution, qui consacre la parité homme-femme dans toutes les institutions de l’Etat et à tous les niveaux.

L’une des avocats conseils de cette organisation, Me Aline Bahati Cibambo qui s’est confiée à la presse après le dépôt de cette plainte, affirme que cette initiative fait partie d’une série d’actions qui seront menées par la dynamique 50% des femmes, pour le respect de cette disposition constitutionnelle.

Celle-ci affirme que ce n’est ne pas le gouverneur de la province qui est visé, mais plutôt ses décisions « qui ne respectent pas la constitution », indiquant que les arrêtés visés sont ceux relatifs à la nomination des ministres provinciaux, du cabinet du Gouverneur, du Secrétariat exécutif et ceux du personnel d’appoint, et celui portant nomination des directeurs des cabinets ministériels.

‘‘A ce jour la dynamique 50% des femmes est venue déposer auprès du procureur général la requête portant annulation de deux arrêtés signés par le gouverneur, en violation de la constitution, et d’autres lois de la république consacrant la parité homme-femme en RDC. C’est pourquoi elle a jugé bon, urgent et nécessaire d’ailleurs d’être là aujourd’hui, en espérant que le procureur général à son tour, va pouvoir saisir la cour d’appel dans sa section administrative, afin de pouvoir annuler ces arrêtés du Gouverneur, et de voir les femmes intégrer son gouvernement, et aussi son cabinet’’ affirme-t-elle.

La Dynamique 50% des femmes appelle donc le ministère public, lui qui a le pouvoir de veiller à l’intérêt général de la société à la bonne application de la loi, en l’occurrence l’article 14 de la Constitution, de saisir les cours et tribunaux et demander l’annulation de ces arrêtés, pour que l’autorité provinciale procède à un remaniement de son gouvernement selon les normes paritaires prônées par la constitution.

Notons que la « Dynamique 50% des femmes » est un groupe inclusif composé des femmes du Sud-Kivu des idéologies, secteurs et tendances confondus militant pour le respect de la parité homme-femme dans les institutions politiques, administratives et publiques à tous les niveaux conformément à l’article 14 de la Constitution de la République Démocratique du Congo.

Elle agit dans cette action à travers ses conseils Me Nyaluma MULAGANO Arnold et Me Aline Bahati Cibambo.

Museza Cikuru

CATEGORIES
TAGS

COMMENTS

Wordpress (1)
  • Aristide BARHIGENGA CHIRIMWAMI 1 semaine

    A mon avis,le respect de cet article ne devrait pas commencer seulement par les postes de nomination mais plutôt par ceux à travers les élections. Il ne me revient pas de rappeler qu’en République Démocratique du Congo, le nombre des femmes est plus élevé que celui des hommes et que celles ci peuvent faire passer plus des députés femmes que les hommes ! Au niveau de la PNC & des FARDC, elles sont à quel pourcentage ? Pourquoi elle ne se plaignent pas ? Je pense que cette dynamique devrait attendre et sensibiliser à la base pour lors des prochaines élections, elle prouve sa maturité selon les résultats des urnes et ainsi convaincre l’opinion de même que les autorités au respect de l’article évoqué ci haut. N’en déplaise, leur organisation compte combien des femmes par rapport au nombre de celles que compte la province du Sud Kivu pour lesquelles elles sont censées revendiquer le droit ?

  • Disqus ( )